Des voitures autonomes Tesla sont dangereuses

À la fin du mois dernier, Tesla a signalé un problème avec son logiciel de conduite autonome à la National Highway Trafic Safety Administration (NHTSA). Le problème concerne officiellement près de 12 000 véhicules. Le moment du rappel est vraiment mal choisi pour l’entreprise. Cela pourrait même représenter un tournant dans les relations tendues entre Tesla et les régulateurs gouvernementaux.

Une voiture de Tesla

En août dernier, la NHTSA a annoncé qu’elle avait ouvert une enquête officielle sur le logiciel de conduite assistée Autopilot de Tesla. Ensuite le mois dernier, l’organisme a adressé une lettre à l’entreprise. Dans cette missive, il faisait part de ses inquiétudes quant à l’expérimentation des fonctions de conduite autonome sur la voie publique.

Les propriétaires de Tesla auront déjà commencé à remarquer des changements apportés aux fonctions de conduite autonome de leur voiture, pour corriger ces erreurs.

Les propriétaires de Tesla s’inquiètent

Kevin Smith, un propriétaire de voiture Tesla, a signalé à l’entreprise que les fonctions de freinage d’urgence et d’alerte de collision avaient été mystérieusement désactivées après la dernière mise à jour over-the-air.

« Ça ne marche pas sans communication. La communication n’est pas difficile. Je le fais maintenant ». Kevin Smith via un tweet

Smith a rapporté à WaPo qu’il se rappelait avoir été averti par un autre client, lui avertissant de ne pas utiliser le logiciel après la mise à jour : « Il criait ‘Ne l’utilisez pas ! Ne l’utilisez pas !’ »

« Nous essayons de réveiller les gens de Tesla, nous essayons de faire passer le mot à Tesla. »

D’autres propriétaires, en plus de ces deux-là, ont également remarqué certaines anomalies, comme de fausses alertes de collision.

La réponse de Tesla : utiliser le logiciel bêta public

Au début, Tesla a réagi comme si la situation était tout à fait normale.

« Une régression dans certains virages à gauche aux feux de signalisation a été constatée par le service d’assurance de qualité interne dans la version 10.3. »

Elon Musk, via un tweet, à la fin du mois dernier

Selon Musk, les situations potentiellement mortelles causées par un logiciel défectueux sont à prévoir avec un logiciel bêta.

« Il est impossible de tester toutes les configurations matérielles dans toutes les conditions avec l’assurance qualité interne, d’où le bêta public. »                                                                       

Elon Musk