Désolé, mais les extraterrestres n’ont rien à voir avec la fermeture de l’observatoire solaire du Nouveau-Mexique

L’Observatoire Solaire du Nouveau-Mexique a été fermé par le FBI pendant quelques jours la semaine dernière. Beaucoup n’ont pas pu s’empêcher de faire le rapprochement avec des extraterrestres, suggérant que les instruments de l’observatoire avaient capté quelque chose et que les autorités cherchaient à étouffer l’affaire. Ce n’est pas le cas.

L’affaire remonte au début du mois. Le FBI est intervenu à l’observatoire solaire situé aux abords de la ville de Sunspot et l’ensemble du personnel présent sur place a été évacué.

Sunspot

L’opération a été rapide, mais elle n’est pas passée inaperçue. Suite à la fermeture de l’observatoire, de nombreuses théories ont commencé à émerger sur la toile, portée par plusieurs chaînes et réseaux complotistes.

Une fermeture qui a fait jaser

Certains ufologues peu scrupuleux ont ainsi directement accusé les autorités américaines de chercher à dissimuler la présence d’un vaisseau extraterrestre se trouvait aux abords de notre étoile. D’autres ont été encore plus loin en affirmant que la fermeture de l’observatoire avait pour but de dissimuler l’approche de Nibiru, une planète supposée entraîner chaos et désolation derrière elle.

D’autres sceptiques ont pour leur part affirmé que le FBI cherchait à dissimuler l’imminence d’une éruption solaire de grande ampleur, une éruption potentiellement capable de perturber nos satellites et nos équipements électroniques.

Shari Lifson, la porte-parole de l’AURA – et donc de l’Association des Universités pour la recherche en astronomie – a pris la parole en fin de semaine dernière afin de revenir sur les circonstances de la fermeture de l’observatoire solaire. Elle a tenu à se montrer rassurante, mais son intervention n’a pas calmé la situation.

Elle a donc publié un communiqué de presse dimanche, un communiqué directement accessible à cette adresse.

Une décision motivée par une enquête en cours

Dans ce document, Shari Lifton commence par annoncer la réouverture de l’observatoire, une réouverture survenue ce matin. Elle indique également que l’intervention du FBI était principalement motivée par un problème de sécurité en lien avec une enquête en cours. L’AURA a en effet été amenée à coopérer avec les autorités au sujet d’activités criminelles survenues à Sacramento Peak et l’un des suspects représentait une menace directe pour le personnel de l’observatoire. C’est ce qui a poussé le bureau à fermer l’établissement et à évacuer le personnel.

Si le FBI a pris cette décision, c’était avant tout pour des raisons logistiques. Selon l’AURA, l’observatoire était compliqué à sécuriser en raison de son emplacement et il était plus facile de faire évacuer tout le personnel.

Shari Lifson reconnaît un manque de communication. Elle l’explique par le contexte et plus précisément par l’enquête en cours. Fournir des informations supplémentaires représentait en effet un risque et ces dernières auraient pu alerter le suspect visé par l’enquête.