Covid-19 : un patient sur cinq souffre d’un désordre psychologique

Une récente étude effectuée aux États-Unis a démontré qu’un patient atteint de Covid-19 sur cinq souffre d’un trouble psychologique tel que l’anxiété, la dépression ou l’insomnie. Le problème semble survenir après que la personne est mise au courant de son état de santé, c’est-à-dire déclarée positive à la maladie. Le trouble mental apparaît environ 14 à 90 jours après le diagnostic.

Pour s’assurer que le problème était directement et véritablement lié au Coronavirus, les chercheurs ont comparé les résultats avec ceux d’autres personnes affectées par d’autres maladies sur la même période. Il s’agit de la grippe, des infections des voies respiratoires, d’une infection de la peau, des calculs biliaires, des calculs urinaires et des fractures d’un gros os.

personne triste et déprimée
Crédits photo Pixabay

Pour aboutir à ces conclusions, les chercheurs de l’Université d’Oxford et du Centre de recherche biomédicale de la santé d’Oxford (NIHR) se sont basés sur 70 millions de dossiers médicaux américains.

Le virus a des effets destructeurs sur le cerveau

Les neurologues britanniques ont étudié l’évolution de l’état de quelques patients atteints du Coronavirus. Ils ont relevé de nombreuses complications comme une inflammation du cerveau, des lésions nerveuses, des accidents vasculaires cérébraux et des syndromes délirants.

À présent, ils étudient l’effet direct du SARS-CoV-2 sur le cerveau et le système nerveux central. 5,8 % des patients ont reçu leur premier diagnostic de maladie psychiatrique en seulement trois mois après avoir été testé positif à la Covid-19.

« Cette découverte a été inattendue, mais elle nécessite une enquête. Le fait d’avoir un trouble psychiatrique devrait être ajouté à la liste des facteurs de risque pour le Covid-19 », a déclaré le Dr Max Taquet, un des auteurs de l’étude.

A lire aussi : Covid-19, les essais d’un vaccin suspendus après un incident grave

La santé mentale éprouvée par la crise sanitaire et économique ?

L’origine de ce désordre psychologique pourrait également être attribuée à la crise à la fois sanitaire et économique engendrée par la pandémie. La prolifération vertigineuse du virus, l’atmosphère macabre qu’il a amenée et les mesures coercitives auraient pu aggraver ou déclencher des troubles du sommeil, de l’anxiété et des états dépressifs chez une partie de la population.

A lire aussi : Ce drôle de masque serait capable de tuer le virus responsable de la Covid-19

Rappelons que, pendant des mois, le Coronavirus a obligé environ 4,6 milliards de personnes, soit presque 60 % des habitants de la planète, à se confiner. Il faut également considérer la perte d’un proche, la peur d’être contaminé ou de contaminer son entourage et la brusque interruption des relations sociales.