Détecter des robots extra-terrestres avec le nouveau télescope de la Chine ?

Le Paradoxe de Fermi décrit la contradiction entre le fait de ne pas avoir détecté de preuves d’une vie extra-terrestre, et le fait qu’on aurait dû logiquement l’avoir déjà fait. Mais qu’est-ce qui nous empêche de repérer les civilisations extra-terrestres ? Nos instruments ne sont-ils pas assez puissants ? Ou est-ce que les extra-terrestres sont très difficiles à détecter ?

Depuis quelques décennies déjà, on a entendu parler de l’hypothèse dénommée “von Neumann probes” qui stipule que les extra-terrestres pourraient utiliser des essaims de robots pouvant s’auto-répliquer. Mais évidemment, nous n’avons encore obtenu aucune preuve de leur existence. Cela pourrait toutefois changer dans un avenir assez proche avec l’utilisation du télescope chinois FAST ou “Five-hundred-meter Aperture Spherical Radio Telescope”.

FAST

Selon des calculs réalisés récemment, le nouveau télescope de la Chine pourrait être en mesure de détecter les essaims de von Neumann probes, c’est-à-dire les robots auto-multiplicateurs. Ces calculs ont été effectués par le Dr. Zaza Osmanov du Free University of Tbilisi en Géorgie.

Le fruit de l’évolution

Deux cadres ont été considérés par le Dr. Osmanov dans ses recherches. Tout d’abord, il y a eu l’idée des civilisations de Kardashev, puis il y a eu les estimations des profils d’émissions thermiques et électromagnétiques d’un essaim de robots.

L’échelle de Kardashev est un concept qui se base sur l’énergie totale utilisée par une civilisation. Il existe plusieurs échelons qui sont les Type I, Type II et Type III. Une civilisation de Type I utiliserait toute l’énergie d’une planète. Le Type II exploiterait toute l’énergie d’une étoile, et le Type III toute l’énergie d’une galaxie.

D’après ce que l’on sait, la civilisation humaine est actuellement à 0,75 sur l’échelle de Kardashev. Si l’on considère le temps relativement limité passé par les humains sur Terre, il est très probable que s’il existe une vie extra-terrestre, elle aura eu plus de temps pour évoluer et développer sa technologie. À un certain niveau, il est plus que probable qu’une civilisation ait créé des machines capables de s’auto-répliquer. Lorsque cette technologie est relâchée dans la galaxie, il sera presque impossible de l’arrêter.

Selon le Dr. Osmanov, on pourra quand même voir ces robots arriver. Ces derniers vont en effet émettre des radiations qui seront théoriquement visibles dans le spectre radio. Plus précisément, ces radiations vont tomber en plein milieu du spectre que FAST est censé pouvoir détecter.

Le rayon d’action du télescope FAST

À part la détection proprement dite des robots, il sera aussi important de connaître le rayon de détection du télescope. Pour faire ce calcul, le Dr. Osmanov a fait des suppositions quant à la puissance maximale pouvant être déployée par les différents niveaux de civilisation. Par exemple, une civilisation de Type II n’aurait pas d’essaim von Neumann capable d’émettre plus de lumière que leur niveau total d’utilisation de l’énergie.

En se basant sur ces suppositions, le Dr. Osmanov a découvert que le télescope FAST pouvait potentiellement détecter un essaim de robots appartenant aux civilisations de Type II et de Type III. En ce qui concerne la sensibilité du télescope, il devrait être capable de détecter des essaims dans un rayon de 16 000 années-lumière pour les Type II. Il s’agit des 15 % les plus proches de notre galaxie. Pour les Type III, le rayon de détection serait de 400 millions d’années-lumière, ce qui englobe les galaxies les plus proches.