Deux opérateurs attaquent l’accord d’itinérance Orange / Free Mobile

Décidément, les opérateurs n’en finissent pas de chercher des poux à Free Mobile. Même que c’est en passe de devenir un sport national, tiens. Preuve en est, hier, nous avons appris que deux opérateurs – dont l’identité n’a pas été révélée et c’est bien dommage – ont décidé d’attaquer l’accord d’itinérance passé entre Free Mobile et Orange. Un accord qui, selon eux, est beaucoup trop avantageux pour le nouvel opérateur. Le dossier est désormais entre les mains de la brigade financière de Paris qui va à présent devoir enquêter sur la question et déterminer si les accusations de nos deux anonymes sont fondées ou non.

Deux opérateurs attaquent l'accord d'itinérance Orange / Free Mobile

C’est certain, les pontes de Free Mobile ne doivent pas manquer de boulot en ce moment. Entre les menaces d’Orange, les enquêtes commandées et menées d’une main de fer par l’ARCEP et tous les problèmes réseaux rencontrés par les abonnés, on peut même dire qu’ils doivent travailler comme des forçats depuis quelques semaines. Le plus amusant, dans l’histoire, c’est qu’aucun opérateur nouvellement arrivé sur le marché n’a jamais du faire face à de telles attaques. Enfin pas à ma connaissance du moins.

Mais pour le coup, cette nouvelle attaque ne vise pas uniquement Free Mobile. Orange est également concerné. Selon nos deux opérateurs mystère, c’est grâce aux tarifs très bas proposés par Orange que le quatrième opérateur a eu la possibilité de tirer autant ses prix vers le bas. Conséquence direct, c’est aussi donc à cause de cet accord que leurs propres abonnés ont claqué la porte pour aller voir de quoi il en retourne chez le nouvel arrivant. Et en même temps, on peut comprendre ces deux opérateurs puisque ce n’est pas tous les jours qu’un nouvel opérateur parvient à séduire plus de deux millions d’abonnés en quelques mois. Un tel succès ne peut que susciter jalousie et convoitise, évidemment.

Pour finir, on précisera que Bouygues Telecom et SFR ont contesté être à l’origine de cette plainte.

Via