Deux YouTubeurs appréhendés après avoir escaladé le Christ Rédempteur de Rio

Propulsés par la magie des réseaux sociaux, certains casse-cou ont trouvé le succès dans une discipline à la fois spectaculaire et dangereuse qu’ils ont appelé « rooftopping ». Il s’agit d’une sorte de challenge dont le but est d’escalader d’imposants monuments du monde et de prendre un cliché au sommet. Nombre d’entre eux gagnent des sommes faramineuses en publiant des images et vidéos de leurs exploits sur des plateformes comme YouTube.

N’empêche que beaucoup de jeunes rooftoppers ont perdu la vie durant leur activité. C’est la raison pour laquelle, au début de la semaine dernière, la police touristique de Rio de Janero a appréhendé deux YouTubeurs qui comptaient rayer le Christ Rédempteur de Rio de leur liste après l’avoir escaladé. Les images et vidéos qu’ils ont prises ont été confisquées par les autorités.

Le Christ Rédempteur de Rio
Image par Gustavo Rezende de Pixabay – image recadrée

Les deux YouTubeurs français étaient restés sur le site, dimanche soir, après la fermeture. Ils voulaient contempler le lever du soleil sur « la ville merveilleuse » et la majestueuse baie de Guanabara le lendemain, mais leur aventure a été interrompue.

Des athlètes du parkour habitués des hauteurs et fans d’escalade

Clément D, 28 ans, et Paul R, 27 ans, se sont introduits dès l’aube du jour de dimanche dans l’imposante structure de 38 mètres de haut, âgé de presque un siècle. Ils ont réussi à parvenir jusqu’à une trappe ouvrant sur l’un des bras du « Corcovado ». Ils se sont servis d’un escalier qui serpente à l’intérieur du monument. Pour information, les deux mains de la statue sont séparées par une distance de 28 mètres.

Les deux Parisiens se qualifient comme des « athlètes du parkour » habitués des hauteurs et fans d’escalade. Depuis dix ans, ils publient des clichés époustouflants de leurs exploits sur de gigantesques monuments de Dubaï, Hong Kong ou Paris. Par contre, cette fois-ci, ils ont manqué leur but.

« On était debout sur les bras et la tête du Christ et un agent de sécurité nous a vus. »

Paul Roux-dit-Buisson à l’AFP

A lire aussi : L’Australie vient de battre un record consacré aux panneaux photovoltaïques

Démarche artistique ou atteinte à l’ordre public ?

Pour leur défense, Clément et Paul ont expliqué aux forces de l’ordre qu’il s’agissait d’une simple « démarche artistique ». Toutefois, leur argument n’a pas convaincu la police et ils ont évité la prison en versant une caution totale de 10.000 réais (1.600 euros). Mais l’histoire ne s’arrête pas là, car ils devront encore comparaître devant la  juridiction compétente.

« On ne fait pas grand-chose d’autorisé, d’une manière générale. On respecte ce qu’on admire. Nous ne faisons pas qu’escalader pour le plaisir. On avait trouvé que le Corcovado était un ouvrage de taille. »

Paul Roux-dit-Buisson à l’AFP