Diabète: bientôt, vous n’aurez plus à vous piquer pour surveiller votre taux de glucose

À l’heure actuelle, le diabète touche 62 millions de personnes aux États-Unis et 380 millions de personnes dans le monde, selon The Next Web. Un accroissement fulgurant du nombre de patients a été enregistré ces dernières années, d’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), particulièrement, dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Mais le plus alarmant, c’est que cette organisation mondiale estime que d’ici 2035, le diabète pourrait toucher non moins de 580 millions de personnes.

Le taux de glucose est fréquemment surveillé chez les personnes atteintes de diabète. L’une des méthodes utilisées pour effectuer ce contrôle est d’utiliser un glycosomètre portable. Cet appareil s’utilise en se piquant le bout des doigts afin d’obtenir un échantillon de sang.

crédits Pixabay

Cependant, ce processus, qui peut être répété plusieurs fois par jour, peut s’avérer douloureux et peut même engendrer des risques d’infection.

C’est justement pour éviter ces risques que des chercheurs brésiliens et américains ont conçu une toute nouvelle méthode de surveillance du niveau de la glycémie.

Un appareil moins invasif et plus facile à utiliser

Les scientifiques ont effectivement mis au point des lunettes dotées de biocapteurs capables de mesurer le taux de glycémie chez les personnes diabétiques. Plus précisément, les chercheurs de l’Institut de physique Sao Carlos de l’Université de Sao Paulo et les scientifiques du département de nanotechnologie de l’Université de Californie à San Diego ont collaboré pour mettre au point des biocapteurs pouvant mesurer des réactions biologiques ou chimiques et générer un signal proportionnel à la concentration d’une substance donnée.

Par exemple, les biocapteurs peuvent identifier une enzyme dénommée glucose oxydase qui est largement utilisée pour détecter le glucose libre dans les fluides corporels. Ici, les biocapteurs servent à identifier le glucose oxydase présent dans les larmes. Le patient n’a ainsi plus besoin de se faire piquer.

Ces lunettes peuvent mesurer le taux de glucose, de vitamines et d’alcool dans le sang

Le procédé fonctionne comme suit : les chercheurs immobilisent l’enzyme sur une électrode couplée à un circuit à flux constant d’électrons. Puis, ils installent le dispositif sur le coussinet nasal de la paire de lunettes. En faisant couler des larmes de leurs yeux – grâce à un oignon, par exemple – les larmes vont entrer en contact avec le glucose oxydase. Ce dernier va modifier les flux d’électrons et produire un signal qui sera enregistré et traité par un dispositif spécial installé dans le bras des lunettes et qui enverra les résultats en temps réel à un ordinateur ou un smartphone.

Lais Canniatti Brazaca, médecin et chercheur à l’Institut de chimie de Sao Carlos et qui est l’une des auteurs de cette étude parue dans Biosensors et Bioelectronics a déclaré à SciDev.Net qu’en plus d’être indolore, ce procédé réduisait « les risques d’infection chez les personnes qui utilisent fréquemment les glycosomètres ».

Par ailleurs, cette scientifique a ajouté que l’appareil pouvait également déterminer les taux de vitamines et d’alcool dans le sang « en changeant simplement l’électrode couplée fixée sur les coussinets nasaux des lunettes ».

Les chercheurs prévoient encore de peaufiner leur invention et de ne la commercialiser qu’en 2022.