Diablo 3 : test de l’open bêta

Et voilà, c’est terminé, l’open bêta de Diablo 3 vient tout juste de tirer sa révérence et on peut dire que le week-end aura vraiment été très court, trop court. Et là, les amis, on peut dire que j’ai un peu la tronche en vrac. Cela dit, notez que toutes ces heures passées sur Diablo 3 ont été très prolifiques puisqu’elles m’ont permis de me faire une idée plus précise du prochain titre de Blizzard. Et si vous n’avez pas été aussi chanceux que moi, si vos vacances vous ont empêché d’approcher d’un ordinateur et donc de vous amuser avec cette open bêta, alors quelque chose me dit que cet article risque de vous intéresser…

Diablo 3 : test de l'open bêta

Mise en garde : Open bêta oblige, notez que cette version de Diablo 3 était assez limitée puisque seule la quête de la cathédrale était disponible. Dans ce contexte, il est relativement difficile d’avoir une vue d’ensemble de ce titre. Logique, hein ? De même, sur une durée aussi courte, je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de tester en profondeur les différentes classes du jeu.

Diablo 3 : histoire et ambiance

On va commencer par s’intéresser à l’histoire de Diablo 3. Pas de grosse surprise, ce nouvel opus s’inscrit dans la droite lignée des précédents et il sera donc toujours question de cette terrible lutte entre le paradis et les enfers ou, plus généralement, entre le bien et le mal. Bon, en même temps, c’est du Diablo, hein, fallait pas non plus s’attendre à des hobbits, des nains, des elfes et un méchant magicien derrière. Cela dit, les gars de chez Blizzard ont quand même beaucoup travaillé sur les quêtes annexes et sur les dialogues avec les PNJ. Du coup, on n’est pas non plus dans un titre ultra enfantin et on finit par rentrer dans cet univers très rapidement. Une bonne chose, donc.

L’ambiance, quant à elle, tient finalement plus de Diablo 1 que de Diablo 2. Ce qui n’a d’ailleurs rien de très étonnant puisqu’on commence notre belle aventure à proximité de… New Tristram. Et si l’on ajoute à cela le fait que l’on sera amené à explorer une vilaine cathédrale et que l’on devra même venir en aide à Deckard Cain, on comprend tout de suite le pourquoi du comment. Les développeurs du jeu se sont d’ailleurs fait plaisir puisqu’ils ont repris une grosse partie de la bande originale du premier opus de la saga. Et vous voulez savoir ? C’est juste un délice. Vraiment, hein.

Diablo 3 : test de l'open bêta

Diablo 3 : test de l'open bêta

Diablo 3 : les classes

Si vous vous êtes bouffé une tonne d’infos sur Diablo 3, vous devez savoir que le titre proposera au joueur de choisir entre cinq classes pour créer son personnage. Et même si je n’ai pas eu l’occasion de tester ces cinq classes à fond (je me suis surtout concentré sur le Moine et sur le Demon Hunter), j’ai quand même eu le temps de les prendre un peu en main. Même que je me suis franchement régalé.

  • Le Barbare – Barbarian : Pas de grosse surprise, le Barbare c’est la grosse masse de la bande, celui qui saute dans le tas tout en jouant avec son épée, sa hache ou son marteau à deux mains. Il peut aussi opter pour le boucler ou pour deux armes à une main s’il le désire. Après, pour les compétences, on retrouve globalement les mêmes que sur Diablo 2, pour ceux qui ont connu.
  • Le Chasseur de Démons – Demon Hunter : Pour faire simple, le Demon Hunter, c’est l’Amazone de Diablo 3. En gros, donc, c’est le personnage qui sait jouer de l’arc ou de l’arbalète comme personne. Pas seulement, d’ailleurs, puisqu’il pourra aussi poser des pièges pour ralentir / blesser ses ennemis.
  • Le Moine – Monk : C’est la classe sur laquelle je me suis jetée dès le départ. Le Moine, c’est un peu un ninja qui se bat avec deux armes à une main et qui peut en plus se guérir tout en invoquant de purs pouvoirs pour occire plus rapidement ses ennemis. Et si l’on ajoute à cela le fait qu’il peut également se téléporter sur quelques mètres, on comprend tout de suite que l’on tient là un personnage franchement redoutable.
  • Le Féticheur – Witch Doctor : Mon gros regret, sur cette open bêta, c’est que je n’ai malheureusement pas eu le temps de tester le Witch Doctor. Enfin pas au delà du niveau 4. Cela dit, j’ai l’impression qu’il fonctionne un peu comme le Nécromancien, mais avec un côté un peu plus “chamanique”. Une classe très technique à jouer, donc, et qui devrait sans doute ravir les stratèges.
  • Le Sorcier – Wizard : Bon, bah là non plus, aucune surprise puisqu’on retrouve une classe très proche de celle de Diablo 2. La grande force du sorcier, ce sont sans aucun doute ses sorts de zone qui vous permettront de détruire des tas d’ennemis en quelques secondes. Idéal pour chopper de l’expérience et des drops rapidement, donc.

Ce que l’on peut signaler, c’est que le joueur a la possibilité de choisir la classe de son personnage, on vient de le voir, mais aussi son sexe. C’est plutôt cool puisque vous pourrez créer une Madame Barbare ou un Monsieur Sorcier et quelque chose me dit que ça fera plaisir à pas mal de monde. En revanche, on ne peut malheureusement pas personnaliser l’apparence de son personnage et c’est quand même très lourdingue.

En revanche, et c’est un très bon point, toutes les classes de Diablo 3 sont vraiment très différentes à jouer. On peut même dire qu’elles ont un gros potentiel stratégique et elles devraient donc convenir à tous les joueurs.

Diablo 3 : test de l'open bêta

Diablo 3 : test de l'open bêta

Diablo 3 : graphismes et jouabilité

Passons maintenant aux graphismes. Depuis quelques mois, j’ai eu l’occasion de lire pas mal d’articles au sujet de Diablo 3 et je suis également tombé sur plusieurs commentaires très négatifs portant sur les graphismes du jeu. Alors c’est sûr, si vous ne jurez que par les jeux en 3D qui piquent les yeux et qui favorisent l’immersion du joueur, vous risquez d’être déçu puisque Blizzard a opté pour la vue en 3D isométrique chère aux jeux du genre. Selon moi, ce n’est pas vraiment un handicap puisque cette vue là se prête assez bien aux “hack & slash”. En outre, l’éditeur a apporté beaucoup soin aux décors de son nouveau titre, des décors très complets, très complexes et franchement péchus. Point intéressant, certains éléments de l’environnement sont même destructibles. Et attention, hein, parce que je ne parle pas des tonneaux ou des tombeaux. Vous pouvez ainsi parfaitement détruire les rembardes des escaliers de la cathédrale si vous le désirez.

Okay, et la jouabilité alors ? Bah pour faire simple, les copains, on peut dire que c’est du Blizzard. En gros, c’est simple, c’est accessible et c’est ultra fluide. Pour déplacer le personnage, on peut soit cliquer à l’endroit de notre choix, soit maintenir enfoncé le bouton gauche de la souris et pointer cette dernière dans la direction où l’on souhaite aller. Si vous avez envie de poutrer vos ennemis, ce n’est pas plus compliqué. Déjà, il faut savoir que l’on peut affecter à la souris jusqu’à deux compétences d’attaque, des compétences qui sont liées au clic gauche ou au clic droit. Leur utilisation est assez simple, il suffit de placer le curseur de la souris sur le mob en question et de cliquer sur le bouton gauche ou sur le bouton droit de notre souris. On peut également maintenir enfoncé le bouton de notre choix pour passer en mode “tirs automatiques” histoire de moins se fatiguer.

Pour les jeteurs de sorts et pour le Chasseur de Démons, il y a tout de même une petite subtilité. Vous pouvez ainsi appuyer sur la touche “SHIFT” de votre clavier et cliquer dans la direction où vous souhaitez tirer pour balancer vos sorts ou vos flèches. C’est pratique, ça évite de se retrouver en pleine mêlée par erreur. Très bon point pour Blizzard, mais là encore cette subtilité n’a rien de nouvelle, on la retrouvait déjà dans Diablo 2 si ma mémoire ne me fait pas défaut.

Diablo 3 : test de l'open bêta

Diablo 3 : test de l'open bêta

Diablo 3 : inventaire et compétences

Avant de détailler plus en avant le système de compétences, on va ouvrir une parenthèse et s’intéresser à l’inventaire. Au fil de vos aventures et en tuant vos ennemis, vous pourrez trouver deux types de drop : de l’or et de l’équipement. Pour ramasser l’or, il suffit de marcher dessus donc pas besoin de cliquer. Là encore, ce n’est qu’un détail mais il a quand même son importance, surtout après plusieurs heures de jeu. Pour l’équipement, en revanche, il faudra jouer du mulot et c’est bien normal puisque ça nous permet de choisir ce que l’on veut ramasser. Ensuite, et bien tous les objets sont directement ajoutés à l’inventaire et leur placement est optimisé aux petits oignons pour vous permettre de gagner le maximum d’espace libre possible. En revanche, pour les vendre, vous devrez repasser par la ville mais ce n’est pas un problème puisque Diablo 3 va vous permettre d’ouvrir des portails vers la ville comme bon vous semble. On en reparlera d’ailleurs un peu plus bas.

Maintenant, les compétences… Alors déjà, comme mentionné plus haut, sachez qu’il est possible d’affecter jusqu’à deux compétences d’attaque à la souris (le clic gauche et le clic droit). Ce n’est pas énorme, bien sûr, mais vous trouverez également une barre d’action traditionnelle en bas de l’écran et qui fonctionne exactement comme dans World of Warcraft ou dans n’importe quel MMO. En revanche, et c’est très intéressant à souligner, cette barre d’action n’est pas accessible au début du jeu. C’est effectivement au fil de votre montée en niveaux que vous débloquerez de nouveaux emplacements. Enfin, il faut également savoir que les compétences passives seront aussi de la partie et il sera ainsi possible d’en affecter trois à notre personnage.

La fenêtre permettant de gérer les compétences est très claire et très simple à utiliser. On clique sur un emplacement, on sélectionne notre pouvoir, on valide et c’est terminé. Toutefois, à partir d’un certain niveau, vous allez également commencer à débloquer des runes. Des runes qui vont vous permettre d’upgrader vos diverses compétences et même parfois d’obtenir des effets différents. C’est très intéressant sur le plan stratégique, évidemment, mais il semblerait que ces runes se débloquent d’elles-mêmes. Apparemment, il n’est pas possible de créer ses propres runes. Du moins pas pour l’instant.

Alors au final, on se dit que le système de compétences n’est pas très évolué, qu’il est même assez réducteur, mais ce n’est pas forcément un mauvais choix de la part de Blizzard. Car en effet, avec ce système, le joueur devra impérativement faire des choix et ce sont précisément ces choix qui vont lui permettre de rendre son personnage unique. Certains préfèreront les sorts de zone, d’autres partiront plutôt sur les pièges, au final chacun va pouvoir créer son propre perso et chercher des templates adaptés en fonction de son style de jeu mais aussi de ses attentes.

Diablo 3 : test de l'open bêta

Diablo 3 : test de l'open bêta

Diablo 3 : les quêtes

Au tour des quêtes maintenant ! Autant vous le dire tout de suite, Diablo 3 est un titre très linéaire. Enfin sur l’open bêta en tout cas, puisqu’on ne sait pas encore comment fonctionneront les autres actes. En gros, donc, on se contente de parler aux PNJ, de faire ce qu’ils nous demandent, d’aller d’un point A vers un point B et de revenir ensuite chercher notre récompense, le tout en s’appuyant sur notre minicarte histoire de ne pas nous paumer. Durant les trois premières heures du jeu, c’est évidemment la quête principale qui est à l’honneur mais on va aussi parfois tomber sur des quêtes secondaires. Parfois, il s’agira de récupérer un objet pour un guerrier, parfois on devra détruire les cendres d’un fantôme pour qu’il puisse avoir l’esprit en paix, en gros on peut donc dire que les quêtes sont assez variées et c’est évidemment une bonne chose.

Même chose, Blizzard a fait en sorte de nous faciliter les choses pour nos déplacements. A certains endroits, on trouvera ainsi des pentagrammes qui nous permettront de nous déplacer instantanément jusqu’aux autres pentagrammes que nous avons découvert au fil de nos aventures. Pas besoin de marcher, donc. En outre, à partir d’un certain niveau, on va également débloquer une nouvelle action : la création de portails. Cette fois, il n’est pas question de parchemins mais juste d’un bouton sur lequel il faut appuyer pour ouvrir un portail et retourner en ville. Le tout avec un petit temps d’incantation derrière histoire d’éviter les abus.

Après, et bien on trouve aussi une fenêtre qui indexe toutes nos quêtes ainsi que notre historique. Mais ça, vous deviez vous y attendre, non ?

Diablo 3 : test de l'open bêta

Diablo 3 : test de l'open bêta

Diablo 3 : système de crafting

L’une des grandes nouveautés de Diablo 3 par rapport aux deux opus précédents, c’est son système de crafting. Car en effet, les amis, vous allez pouvoir trouver de l’équipement sur les monstres ou chez le vendeur du coin, mais vous allez aussi pouvoir créer vos propres objets. Une “aptitude” que l’on obtiendra après avoir trouvé la couronne demandée par le forgeron de New Tristram. Après avoir rempli cette quête, on pourra donc utiliser les instruments de ce dernier pour façonner des armes, des armures et tout un tas d’autres choses. Sympa mais avant de pouvoir jouer du marteau et de la forge, il faudra commencer par récupérer des matériaux. Comment ? Tout simplement en détruisant des objets magiques. Pour reprendre le célèbre adage, rien ne se perd, tout se transforme.

Notez d’ailleurs que le système de crafting intégré à Diablo 3 est assez similaire à celui de World of Warcraft. Tout comme dans le MMO de Blizzard, on pourra donc gagner des niveaux et débloquer alors de nouveaux objets à créer. Au final, donc, on a une solution de crafting plutôt complète et qui devrait passionner pas mal de monde tout en rallongeant encore un peu plus la durée de vie du titre.

Diablo 3 : test de l'open bêta

Diablo 3 : test de l'open bêta

Diablo 3 : les compagnons

Dans Diablo 2, il était possible de louer les services de mercenaires et Diablo 3 propose évidemment la même chose avec les compagnons. Le premier de ces derniers, vous le trouverez au troisième sous-sol de la cathédrale, il s’agira ainsi d’un templier qui vous demandera de l’aider à retrouver son arme et à poutrer un méchant templier noir. Une fois que vous aurez terminé cette quête, vous aurez la possibilité d’en faire un équipier. Et si vous acceptez, alors vous aurez la possibilité d’ouvrir un panneau qui vous permettra de changer l’équipement de votre nouvel ami ou encore de choisir ses compétences. C’est plutôt sympa puisque vous aurez là encore la possibilité de personnaliser les compétences de votre compagnon selon votre style de jeu.

Si l’on regarde du côté du site officiel, on apprend que trois compagnons pourront nous rejoindre : le templier (un tank), le scélérat (un archer / arbalétrier) et l’enchanteuse (magicienne). C’est assez mince, évidemment, mais Blizzard en rajoutera peut-être par la suite. Et en même temps, ces trois classes feront de très bonnes classes d’appoint et elles suffiront sans doute à la plupart des joueurs.

Diablo 3 : test de l'open bêta

Diablo 3 : test de l'open bêta

Diablo 3 : auction house

L’autre nouveauté de Diablo 3 par rapport aux opus précédent et en dehors du système de crafting, c’est l’intégration d’un auction house qui va permettre aux joueurs de vendre et d’acheter de l’équipement. Yep, exactement comme dans World of Warcraft, vous avez complètement compris le principe. En revanche, là où les choses sont un peu différentes, c’est que l’auction house fonctionnera avec des pièces d’or, certes, mais aussi avec des vrais sous. Pas la peine de relire, ce n’est pas une coquille ou une erreur de votre part, on parle bien de vrais euros ou de vrais dollars, des espèces sonnantes, trébuchantes et qui vont donc permettre à ceux qui passeront leur vie sur Diablo 3 de rentabiliser un peu l’expérience tout en rémunérant Blizzard au passage, évidemment.

Alors bon, après, l’interface de l’outil est quand même super bien pensée. En quelques clics, on pourra créer une nouvelle enchère ou encore explorer tous les objets mis en vente sur la plateforme. A l’aide de filtres évolués (classe, type d’objet, prix, niveau minimum, niveau maximum, etc…), on pourra trouver les objets les plus adaptés à nos personnages et je pense que cela devrait contenter tous ceux qui n’auront pas forcément le temps de farmer pépère.

Diablo 3 : test de l'open bêta

Diablo 3 : test de l'open bêta

Diablo 3 : le multijoueur

Ce qu’il faut savoir au sujet du multijoueur et de Diablo 3, c’est que ce dernier sera disponible sous deux formes différentes : les parties publiques (coop) et les arènes (pvp). Pour les parties publiques, ce n’est pas très compliqué puisqu’il s’agit tout simplement de jouer à plusieurs. Le système est d’ailleurs plutôt bien pensé puisque Blizzard a mis en place un système d’étendards qui permet de rejoindre n’importe quel joueur en un clic. Etendards qui sont disponibles sur la place publique de New Tristram. Quand on reste, et bien il faut savoir qu’une partie jouée à plusieurs mettra en scène des monstres beaucoup plus forts et qui rapporteront plus.

Les arènes, en revanche, ce sont pas encore disponibles dans l’open bêta et elles ne le seront pas non plus dans la version finale du titre (un patch devrait toutefois sortir assez rapidement pour activer le mode multijoueur). Ce que l’on sait, en revanche, c’est qu’elles permettront à plusieurs joueurs de s’affronter dans des parties de type PVP.  Un bon moyen de tester son équipement et les différents templates de ses personnages, en somme.

Diablo 3 : test de l'open bêta

Diablo 3 : test de l'open bêta

Conclusion

Et voilà, ce très long article touche enfin à sa fin. J’ai certainement du oublier pas mal de choses – comme les orbes de vie que l’on récupère après avoir tué plusieurs monstres ou encore les bonus kill sans oublier les achèvements et les récompenses – mais vous avez quand même l’essentiel.

Très clairement, Diablo 3 n’est pas une révolution. Ce nouvel opus s’inscrit effectivement dans la droite lignée des deux premiers Diablo et il ne révolutionne absolument pas le genre. Non, en réalité, il se contente de l’améliorer et ce n’est déjà pas si mal. Plutôt que de chercher à tout prix l’originalité, les gens de chez Blizzard se sont contentés de dépoussiérer Diablo 2 et de lui ajouter de nouvelles fonctionnalités. Exactement comme Starcraft 2 par rapport à Starcraft 1, d’ailleurs. Alors c’est sûr, les amateurs de nouveautés et de sensations fortes seront peut-être un peu déçus mais, de mon point de vue, c’était sans doute le choix le plus intelligent à faire. Surtout que l’éditeur était vraiment attendu au tournant sur ce coup.

Bref, Diablo 3 est beau, Diablo 3 est prenant, Diablo 3 est complet et autant dire qu’il me tarde vraiment d’être le 15 mai pour pouvoir rejouer un Moine. Notez d’ailleurs qu’il est possible de le pré-acheter dès maintenant si vous le désirez, mais uniquement en version dématérialisée. Même qu’il faudra débourser 59.99 € pour pouvoir en profiter. Le truc assez cool, par contre, c’est qu’on pourra jouer dès le 15 mai, on n’aura donc pas besoin de passer au Carrouf’ du coin pour acheter la galette.

Voilà et si vous avez des remarques ou des questions…

Diablo 3 : test de l'open bêta

Diablo 3 : test de l'open bêta

Diablo 3 : test de l'open bêta

Diablo 3 : test de l'open bêta

Diablo 3 : test de l'open bêta

Mots-clés blizzarddiablo 3