Dina Sanichar, ou l’histoire de l’enfant-loup qui n’a rien à envier à Tarzan

Tout le monde connaît l’histoire du « Livre de la Jungle », l’œuvre de l’auteur Rudyard Kipling, qui a été adapté au grand écran par Disney. Néanmoins, peu de gens savent que ce roman a été inspiré par des faits réels.

D’après plusieurs sources, le personnage de Mowgli aurait été calqué sur Dina Sanichar, un enfant-loup qui a vécu en Inde au 19e siècle. Rudyard Kipling n’a jamais confirmé qu’il s’était inspiré de cette histoire pour écrire son œuvre, mais en regardant de près la chronologie des événements, tout coïncide. En effet, le Livre de la Jungle a été publié 20 ans après la découverte de l’enfant-loup.

Crédits Pixabay

Toutefois, contrairement à l’histoire de Mowgli, celle de Dina Sanichar est plus tragique.

Un enfant élevé par les loups

Au 19e siècle, il était courant de trouver des enfants sauvages en Inde. Dina Sanichar était l’un d’entre eux. Ce dernier a été découvert en 1872 par un groupe de chasseurs à Uttar Pradesh. La vue de ce jeune garçon marchant à quatre pattes et suivant une meute de loups a intrigué les chasseurs.

Ils ont alors décidé de le traquer jusqu’à la cave où il se cachait avec sa meute et l’ont fait sortir en y mettant le feu et en tuant les loups qui étaient avec lui. Les chasseurs l’ont alors placé dans un orphelinat où il a dû dire adieu à sa vie sauvage.

À lire aussi : L’histoire derrière la chauve souris géante qui fait le buzz sur les réseaux sociaux

La courte vie de Dina Sanichar

L’enfant-loup a été baptisé Sanichar, ce qui signifie « Samedi » en Urdu, car c’est le jour où il est arrivé à l’orphelinat. Selon les sources, il devait avoir six ans lorsqu’il a été retrouvé par les chasseurs. Le fait d’avoir vécu ses premières années à l’état sauvage a eu impact sur le développement de Dina Sanishar.

D’après le père Erhardt, qui dirigeait l’orphelinat, le garçon avait un QI extrêmement bas. Malgré le fait qu’il était « sans aucun doute idiot, il montrait à certains moments qu’il était doté de raison et de sagacité. » En dépit des efforts fournis par les personnes au sein de l’orphelinat qui ont essayé de lui apprendre à parler, lire et écrire, Dina Sanichar n’en a jamais été capable. Pour communiquer, il émettait des bruits d’animaux.

Malgré le fait qu’il ait appris à marcher sur ses deux jambes, Dina Sanichar était plus à l’aise à quatre pattes. Qui plus est, il n’a jamais aimé porter des vêtements et préférait se balader nu. L’enfant-loup s’est éteint en 1895, à l’âge de 29 ans, des suites d’une tuberculose.

À lire aussi : L’histoire méconnue de Fordlandia