Dino, le robot écolo destiné aux agriculteurs

Une entreprise toulousaine, Naïo Technologies, vient de commercialiser son dernier robot agricole destiné à désherber.

Baptisé Dino, c’est le robot enjambeur de désherbage mécanique au monde. Il rejoint quatre autres modèles proposés par la société novatrice, qui s’adresse à de nombreuses spécialités agricoles depuis 2011.

Des robots révolutionnaires dans ce monde souvent associé à une image très « classique ».

Un concentré technologique français

La mission de Dino consiste à désherber les cultures de légumes en planches. Plus grand que les autres robots de la gamme, il ouvre de nouvelles perspectives de marché pour l’entreprise, en se montrant intéressant pour les maraîchers disposant de grandes parcelles à traiter.

Il mesure 2,50 mètres de long, 2,7 mètres de largeur maximale, pèse 600 kilos et se déplace à 3-4 kilomètres par heure. Il dispose d’une autonomie remarquable de 4 à 8 heures grâce à son fonctionnement électrique, qui est également synonyme d’économie pour les exploitants.

L’écologie est donc au centre du projet, et leur couleur verte laisse tout de suite penser à un robot « propre ». Les agriculteurs pourront y adapter divers outils, comme sur un tracteur. Sauf qu’ici, son poids réduit par rapport à ces engins évitera le tassement des sols, même sur des passages répétés.

Son désherbage se veut sans composants chimiques, et le tout s’effectue par guidage automatique, ce qui promet un travail précis.

La mort annoncée du tracteur agricole ?

Pour le faire fonctionner, il suffit de diriger le robot sur son lieu de travail via une télécommande sans fil. Il fonctionne par GPS et par caméra, il faut ainsi lui transmettre une carte de la parcelle à traiter. Il travaillera ensuite de manière totalement autonome. Puis, cerise sur le tracteur, il enverra un SMS à son propriétaire quand il aura fini le travail.

Ce robot télécommandé séduira les enfants, mais surtout leurs parents qui gagneront une optimisation de leur planning grâce au travail autonome du robot. Un gain de temps majeur, mais également moins de fatigue et plus de rentabilité.

Pour l’heure, il ne reconnait que les plants de salades, mais sa capacité de détection va sans aucun doute être étendue.

Un an et demi de travail a été nécessaire à l’entreprise tricolore pour développer ce nouveau produit. 8 appareils ont déjà été vendus depuis le début de l’année. La cadence de production va augmenter pour mettre en service 20 Dino dès l’année prochaine.

Une excellente initiative qui va révolutionner les habitudes de travail des agriculteurs, et qui intègre technologie et modernité avec succès dans nos campagnes.