Discours haineux : Facebook supprime 200 comptes liés à des groupes de suprémacistes blancs

Dernièrement, Facebook a fait couler beaucoup d’encres quant au fait que le réseau social avait maintenu des publications controversées du président américain Donald Trump sur des manifestations à Minneapolis suite à des violences policières ayant entraîné la mort d’un homme noir dénommé George Floyd le lundi 25 mai dernier.

Si le réseau social s’est défendu en disant qu’il ne faisait qu’encourager le discours politique, des employés anciens et actuels de Facebook ainsi que des membres de l’organisation CZI ont élevé la voix contre le réseau social et son PDG, Mark Zuckerberg, arguant qu’ils enfreignaient les politiques qu’ils ont eux-mêmes établies.

Pour arrondir les angles, Zuckerberg a finement décidé de revoir ses politiques de contenu et, comme pour redorer son image, le réseau social a déclaré qu’il vient de faire un peu le ménage sur sa plateforme. Ses cibles ? Des groupes haineux.

Les comptes voulaient rallier des partisans pour assister aux manifestations

The Verge nous rapporte le dimanche 7 juin que Facebook a supprimé près de 200 comptes liés à des groupes suprémacistes blancs que le réseau social avait déjà interdits sur sa plateforme : Les Proud Boys et l’American Guard.

D’après l’Associated Press, ces comptes tentaient apparemment de rallier des partisans pour assister aux manifestations contre les violences policières à l’égard des Noirs. Alors que Facebook surveillait de près ces comptes, il a remarqué que les messages divulgués par ces comptes encourageaient les utilisateurs à venir aux manifestations avec des armes.

Toutefois, un responsable de la société n’a pas fourni de détails ni sur l’emplacement des utilisateurs des comptes ni sur ce qu’ils prévoyaient exactement de faire dans ces manifestations.

Les policiers qui ont procédé à l’arrestation de George Floyd ont tous été congédiés

Rappelons que les manifestations ont éclaté à travers les États-Unis après que George Floyd fut décédé suite à son interpellation musclée par un officier de police, Derek Chauvin. Ce dernier a été congédié pour meurtre au second degré pour s’être agenouillé sur le cou de Floyd. D’autres officiers,  qui ont assisté à la scène, ont également été licenciés pour complicité de meurtre.

En marge de cette situation, Facebook a déclaré la semaine dernière qu’il limiterait la propagation des groupes et des pages liés au terme « boogaloo » que certains groupes d’extrême droite utilisent pour parler d’une guerre civile américaine qui est censée bientôt survenir. La plateforme de médias sociaux rétrogradera également ces pages et groupes dans les résultats de recherches et ne les recommandera pas aux utilisateurs.

Mots-clés facebook