Discours politique : Les premiers employés de Facebook rappellent Mark Zuckerberg à l’ordre

Mercredi 3 juin, un groupe d’anciens employés de Facebook – ceux qui ont participé à la conception du réseau social – a adressé une lettre ouverte au PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, pour fustiger sa manière de diriger la plateforme et, plus particulièrement, sa décision par rapport aux publications controversées de Trump après les manifestations à Minneapolis.

La lettre ouverte, rapportée initialement par le New York Times, a donné raison à certains employés de Facebook qui ont été indignés par le fait que Facebook n’ait pas supprimé les posts de Trump alors que les autres réseaux sociaux, comme Twitter et Snapchat, ont étiqueté et masqué les tweets ou ont pris la décision d’enlever le compte du président américain du flux des publications à découvrir.

Crédits Pixabay

Pour rappel, les événements récents sur la mort de George Floyd ont fait naître des manifestations à travers l’état du Minnesota et ont, une nouvelle fois, attiré l’attention sur le rôle et la responsabilité des réseaux sociaux.

Les anciens employés dénoncent l’inégalité du traitement des utilisateurs

La lettre ouverte, rédigée par 33 anciens employés de Facebook, dénonce la position de Facebook sur la modération des publications de Trump, rapporte The Verge. Elle allègue, entre autres, que les agissements actuels de Facebook trahissent les principes que le réseau social a toujours déclaré qu’il défendait.

Les auteurs de la lettre indiquent également que bien que Zuckerberg argue incessamment que Facebook ne veut pas agir comme « l’arbitre de la vérité », le fait est qu’il agit déjà ainsi en surveillant continuellement les contenus sur sa plateforme, en filtrant certains contenus et en vérifiant les discours politiques des non-politiciens.

À lire aussi : Manifs à Minneapolis, Facebook ne supprimera pas les posts de Donald Trump

« Facebook n’est pas neutre et ne l’a jamais été »

Les anciens employés de Facebook affirment que le réseau social « prétend que donner des avertissements sur le discours d’un politicien est inapproprié, mais supprimer le contenu des citoyens est acceptable, même si les deux disent la même chose. Ce n’est pas une noble position pour la liberté. C’est incohérent et pire encore, c’est lâche ».

À la fin de la lettre, les auteurs soutiennent les employés actuels de l’entreprise numérique en déclarant :

Nous vous voyons, nous vous soutenons et nous voulons vous aider. Nous espérons que vous continuerez à vous poser la question qui se pose sur les affiches dans chacun des bureaux de Facebook : « Que feriez-vous si vous n’aviez pas peur ? »

Et à l’attention particulière de Facebook, les ex-employés déclarent sans détour que « Facebook doit travailler pour regagner la confiance du public. Facebook n’est pas neutre et ne l’a jamais été. Rendre le monde plus ouvert et connecté, renforcer les communautés, donner à chacun une voix – ce ne sont pas des idées neutres. La vérification des faits n’est pas de la censure. Étiqueter un appel à la violence n’est pas de l’autoritarisme. Veuillez reconsidérer votre position. Soyez audacieux ».

À lire aussi : Facebook permet désormais de trier ses vieilles publications

Mots-clés facebook