DJI n’est plus le bienvenu aux Etats-Unis

Après Huawei, c’est désormais au tour de DJI, une entreprise chinoise parmi les plus populaires et les plus marquants dans la conception de drones, d’être ajouté à la liste noire des entités du département américain du commerce. En effet, le gouvernement américain a estimé que la société chinoise pouvait constituer une menace pour la sécurité nationale. Les entreprises américaines sont désormais interdites de vendre du matériel informatique ou technologique à cette entreprise.

La nouvelle a été initialement rapportée par DroneDJ et a été confirmée par Reuters auprès d’un haut responsable au Ministère du commerce. L’institution a renvoyé toute demande de commentaires au site du Federal Register qui, au moment où nous écrivions ces lignes, déclarait que le document ne sera publié que le 22 décembre 2020.

Un drone volant dans le soleil couchant
Crédits Pixabay

Pour le moment, la société DJI n’a émis aucun commentaire sur cette affaire.

Les drones de DJI ne sont plus acceptés aux Etats-Unis

Le dépôt spécifique concernant DJI soutient que l’entreprise a permis de mener « des violations des droits de l’homme à grande échelle en Chine grâce à une collecte et une analyse génétiques abusives ou à une surveillance de haute technologie ».

Cette accusation des Etats-Unis fait probablement référence au rôle joué par DJI qui a fourni des drones au gouvernement chinois pour surveiller les camps de détention dans la province de Winjiang.

Et comme pour Huawei, les États-Unis craignent que, comme les drones et leurs composants proviennent de Chine, ils servent à effectuer de l’espionnage ou encore à prévoir des cyberattaques. Le Ministère de l’Intérieur a d’ailleurs bloqué sa flotte de drones et mène un examen minutieux pour déterminer s’ils présentent des problèmes de sécurité majeurs.

A lire aussi : Le DJI OM 4 officiel

Parrot et Skydio vont-ils remplacer DJI ?

Par ailleurs, le Ministère de la Justice a interdit tout achat de drones de fabrication étrangère sur les fonds de l’agence en raison des suspicions de problèmes de sécurité. Le Ministère de la Défense va ainsi s’intéresser aux drones concurrents comme Parrot et Skydio et peut-être les utiliser à des fins gouvernementales s’ils arrivent à remplir les critères requis.

Pour DJI, cette décision du gouvernement américain risque d’être plus que problématique. En effet, il ne pourra plus se fournir en pièces et composants chez des entreprises américaines, ce qui perturbera la chaîne d’approvisionnement de DJI tout en détériorant encore plus les relations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

A lire aussi : DJI a présenté un nouveau système de transmission FPV

Cette dernière pourrait même finir par répondre à ces décisions américaines par des restrictions qu’elle appliquera directement sur les entreprises américaines sur son sol ou celles qui voudraient acquérir des parts sur ce plus grand marché du monde. En bref, le bras de fer chino-américain continue de plus belle.

Mots-clés dji