Où l’on reparle du crash de Roswell

Roswell se trouve au coeur de bien des théories depuis qu’un objet non identifié s’est crashé non loin de la ville en 1947. Et près de 80 ans plus tard, l’événement cristallise toujours de nombreux fantasmes comme le prouve l’entretien exclusif que le Dailymail a obtenu avec les petits enfants de l’homme qui avait enquêté sur l’accident.

L’histoire trouve ses origines dans l’été de l’année 1947. Les Etats-Unis étaient embourbé dans la guerre froide et la chasse aux communistes battaient son plein.

CIA OVNI
Capture Twitter

C’est dans ce contexte un peu particulier qu’un objet non identifié s’est écrasé dans un ranch de la ville de Roswell au Nouveau-Mexique.

Roswell, un crash passé à la postérité

A l’époque, la presse locale n’y avait pas été de main morte et le Roswell Daily Record avait ainsi explicitement évoqué le crash d’une soucoupe volante, un crash suffisamment important pour que l’armée américaine envoie ses troupes.

Ce que vous ignorez peut-être en revanche, c’est que le journal n’a pas été le premier à parler de l’objet en question en ces termes. En réalité, le premier à avoir évoqué une soucoupe volante n’était autre que Jesse Marcel Sr, l’homme qui a mené l’enquête sur le crash.

Par la suite, Washington a cependant émis une déclaration contraire, évoquant cette fois les restes d’un ballon météorologique faisant partie du Projet Mogul. Jesse Marcel Sr, de son côté, n’a jamais changé sa position et il a toujours évoqué un vaisseau extraterrestre.

Depuis, pas mal d’eau a coulé sous les ponts. L’homme est ainsi décédé, mais son histoire n’a pas disparu avec lui. Le Dailymail a ainsi eu l’occasion de s’entretenir avec ses petits enfants, Jess Marcel III et John Marcel.

Durant cet entretien exclusif, ces derniers ont indiqué à nos confrères que leur grand père n’avait jamais changé de discours. Jusqu’à la fin, il a continué à parler de soucoupe volante, évoquant des débris métalliques indestructibles et ne correspondant en aucun cas à ce que permettaient les technologies de l’époque. A plusieurs reprises, il a ainsi parlé de morceaux de papier d’aluminium qui “ne pouvaient être coupés, brûlés ou même froissés”, ainsi que de minces poutres sur lesquelles étaient tracées des symboles étranges et impossibles à traduire.

A lire aussi : Nous serions déjà en contact avec les extraterrestres selon un gradé israélien

Vaisseau extraterrestre… ou ballon météorologique ?

Mais Jesse Marcel Sr n’avait pas gardé ses découvertes pour lui seul. L’homme avait en effet rapporté plusieurs de ces débris chez lui, pour les montrer à son fils. Ce dernier avait alors déclaré avoir aperçu une lumière brillante et un éclairage violet à l’intérieur de certaines pièces, avec un symbole étrange.

De son côté, l’Armée de l’air a toujours démenti les affirmations de Marcel Sr, sans pour autant parvenir à faire taire les rumeurs. L’incident de Roswell n’a jamais perdu en intensité et il cristallise aujourd’hui encore de nombreux fantasmes. A un point tel que nous lui avons même dédié des séries, et des reboots.

À lire aussi : Où l’on reparle du signal WOW

Or justement, la chaîne History va diffuser samedi la première partie d’un documentaire en trois actes consacré au crash de Roswell. L’occasion d’en apprendre un peu plus sur un événement qui a marqué toute une génération.