Donald Trump autorise l’utilisation du nucléaire dans l’espace

La semaine dernière, Donald Trump a signé sa sixième Directive de politique spatiale (Space Policy Directive-6). Dans la SPD-6, le président américain a préconisé le développement et le perfectionnement de techniques sur l’utilisation du nucléaire dans l’espace. Cette décision a été prise dans le but de permettre aux États-Unis de rester en tête dans la conquête spatiale.

Parmi les objectifs cités dans la SPD-6, le plus proche est censé être atteint entre 2025 et 2029. La mission consiste à tester sur la Lune un système d’alimentation grâce à l’énergie procurée par la fission nucléaire. Cette manœuvre a pour but de faciliter l’exploration de Mars.

Un satellite orbitant autour de la Terre
Crédits Pixabay

Le document définit une stratégie nationale utilisant des systèmes de propulsion et d’énergie nucléaire spatiaux (SNPP) de manière « responsable et efficace ». Il a été publié le mercredi 16 décembre.

Une certaine expertise en la matière

Les Américains comptent ainsi sur l’exploitation de l’énergie nucléaire pour garder la main mise sur l’espace.

« L’énergie et la propulsion nucléaires spatiales sont une technologie fondamentale habilitante pour les missions américaines dans l’espace lointain vers Mars et au-delà. »

Scott Pace, adjoint du président et secrétaire exécutif du National Space Council, le confirme

Depuis plusieurs années déjà, les systèmes nucléaires ont joué un rôle déterminant dans les réussites sur l’exploration spatiale. Les robots les plus populaires de la NASA en sont la preuve. Parmi eux, citons les célèbres sondes interstellaires Voyager 1, Voyager 2 ainsi que le vaisseau spatial New Horizons Pluto et le rover Curiosity Mars.

Ces robots tirent leur énergie des générateurs thermoélectriques à radio-isotopes (RTG). La technique utilisée consiste à produire de l’électricité à partir de la chaleur issue de la désintégration radioactive du plutonium-238.

A lire aussi : De la Terre à MAs en 3 mois grâce au nucléaire

Acquérir des performances inégalées dans le nucléaire

Dans les faits, l’objectif des États-Unis est d’acquérir des capacités inégalées en matière de production et de traitement de combustibles dans les années à venir. Ces performances devraient les rendre aptes à traiter des systèmes spatiaux nucléaires complexes, allant du RTG à la propulsion nucléaire, thermique et électrique.

A lire aussi : Et si le nucléaire avait sa place dans notre expansion ?

Concernant le système d’alimentation par fission sur la Lune, celui-ci devra évoluer et atteindre une puissance de 40 kilowatts électriques (KWe). Avant de servir à coloniser Mars, cette énergie servira d’abord à renforcer la présence humaine sur notre satellite naturel, dans le cadre de la mission Artemis de la NASA.