Si vous avez mal, l’ibuprofène est plus indiqué que la codéine

L’ibuprofène ainsi que tous les anti-inflammatoires non stéroïdiens seraient finalement plus efficace que la codéine en ce qui concerne la douleur. C’est en tout cas ce que révèle une nouvelle recherche publiée dans le JAMC.

L’étude sur laquelle reposent ces travaux de recherche a été menée par le Dr Matthew Choi, un professeur agrégé de chirurgie de l’Université MacMaster au Canada, et son équipe. Pour la mener à bien, les chercheurs se sont appuyés sur les données anonymisées de plusieurs patients ayant subi des interventions chirurgicales ambulatoires.

Des pilules entassées les unes sur les autres
Crédits Pixabay

Soit des interventions de chirurgie mineures qui se déroulent sur une seule journée et qui permettent aux patients de ne passer qu’une journée sur le lieu de leur opération.

La codéine pas forcément plus efficace que l’ibuprofène

Les chercheurs ont donc compilé leurs données pour comparer ensuite leur ressenti face à la douleur. En croisant ces informations avec les traitements donnés par leur chirurgien, l’équipe a réalisé que les patients traités aux anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’ibuprofène souffraient moins de leur opération.

En réalité, cela va même au-delà de la notion de douleur, comme l’indique le Dr Matthew Choi :

“Nous avons constaté que les patients randomisés pour recevoir des AINS après des interventions chirurgicales ambulatoires ont signalé de meilleurs scores de douleur, de meilleurs scores d’évaluation globale, moins d’effets indésirables et aucune différence dans les événements hémorragiques, par rapport à ceux recevant de la codéine.”

Dr Matthew Choi

Concrètement, donc, les anti-inflammatoires non stéroïdiens ne se contentent pas d’être plus efficaces face à la douleur, ils présentent aussi moins d’effets secondaires.

A lire aussi : Un médicament prometteur contre la Covid-19

Des effets secondaires moins marqués

C’est intéressant, pour plusieurs raisons. La codéine n’est en effet pas un médicament anodin. Il est dérivé de la morphine et le médicament doit donc être pris avec prudence.

C’est précisément ce qui a poussé la France à inscrire la codéine sur la liste des médicaments donnés sur prescription médicale en 2017. A l’époque et comme nous l’apprenait Le Figaro en 2019, l’ANSM avait d’ailleurs rendu un rapport alarmant faisant état d’une augmentation de l’ordre de 150 % des prescriptions d’opioïdes entre 2006 et 2017 en France.

L’agence avait également tiré la sonnette d’alarme en indiquant que le nombre de décès dus à une surconsommation d’opioïde avait grimpé en flèche entre 2005 et 2016, avec une moyenne de quatre décès par semaine liés à une surdose.

On rappellera que l’ibuprofène, lui, est vendu sans ordonnance.

Mots-clés santé