La drôle d’option de Tinder

Une option de vérification des antécédents sera bientôt disponible sur les applications appartenant à Match Group telles que Tinder. La société a en effet annoncé son investissement dans Garbo afin que ses utilisateurs puissent vérifier les antécédents de leurs éventuels partenaires en utilisant seulement le numéro de téléphone, le prénom ou le nom complet de ces derniers.

Selon les informations, Tinder, qui est l’application la plus populaire du groupe, sera la première à disposer de cette option. Plusieurs types d’information seront ainsi accessibles grâce à la nouvelle fonctionnalité, pour ne citer que les dossiers d’arrestation ou encore les antécédents de violence. 

Crédits Pixabay

Garbo est une organisation à but non lucratif. Elle collecte des informations sur « les dossiers publics et les rapports de violence ou d’abus, comme les arrestations, les condamnations, les injonctions restrictives, le harcèlement et d’autres crimes violents ». Il semblerait également que le site web de Garbo  accepte les rapports de police, les documents juridiques qui signalent des harcèlements ou des abus, et les ordonnances de protection ou d’interdiction qui sont introduits manuellement, même si pour l’instant, cette fonction manuelle ne fonctionne pas encore.

Une fonctionnalité payante 

D’après les explications, les utilisateurs devront payer pour pouvoir vérifier les antécédents sur Tinder. Cependant, Match et Garbo essayent actuellement de trouver un moyen pour que le prix soit accessible à la plupart des utilisateurs. On ignore pour le moment s’il s’agit d’une « fonctionnalité à la carte » ou si elle sera directement comprise dans l’abonnement.

Même si plusieurs renseignements seront accessibles lors des vérifications, Garbo a cependant indiqué que les informations en relation avec les accusations de possession de drogue ne seront pas rendues publiques, notamment pour « prendre une position active en faveur de l’équité ». D’autre part, la société pense que les infractions liées à la drogue ne prédisent pas forcément « la violence sexiste ». Les infractions au code de la route ne seront pas non plus divulguées.

A lire aussi : Voici les emojis les plus populaires sur Tinder

Un souci pour garder l’anonymat ?

Si la vérification des antécédents peut présenter de nombreux avantages, d’un autre point de vue, elle pourrait poser des problèmes pour les personnes qui veulent garder l’anonymat sur les plateformes de rencontre comme Tinder. Match a déclaré qu’aucune information sur ses utilisateurs ne sera partagée avec Garbo. Cependant, les utilisateurs pourront toujours effectuer des vérifications d’antécédents sur les personnes avec qui ils ont matché du moment qu’ils connaissent leur nom de famille ou leur numéro de téléphone. 

A l’heure actuelle, l’outil n’est pas encore disponible en ligne, toutefois, il sera testé sur Tinder dans les prochains mois. Selon les responsables, après Tinder, d’autres marques américaines de Match Group telles que Hinge, OkCupid et Match en bénéficieront également.

Mots-clés tinder