Les drones, bientôt plus autonomes grâce au MIT ?

Le MIT (Massachussets Institute of Technology) travaille actuellement sur un nouveau système pour améliorer le pilotage des drones autonomes. Basés sur un système de navigation mettant à contribution une modélisation de l’incertitude, les résultats obtenus par le groupe ouvrent la voie à de nouveaux horizons pour l’utilisation des drones autonomes.

Les systèmes de navigation actuels nécessitent que les drones aient déjà effectué des parcours pour pouvoir se déplacer de manière autonome. Avec ce nouveau système, les modèles testés sont capables de se mouvoir entre les différents obstacles sur leurs parcours.

Drone

Le système baptisé NanoMap associé au drone recueille des informations sur l’environnement immédiat, permettant de créer des cartes à la volée et de tenir compte d’objets aléatoires sur la trajectoire.

Un système pour optimiser le déplacement et réduire les risques d’accident

Techniquement, le système NanoMap effectue des mesures de profondeur lors du déplacement du drone, et à l’aide d’un algorithme, revient sur les mesures précédentes pour optimiser le mouvement en cours de navigation.

Au cours des tests réalisés, les modèles dotés du système sont capables de diminuer le risque d’accident d’une fois sur quatre vols à deux fois sur cent vols. Par ailleurs, à des niveaux de dérive prononcés (25 à 75 cm/s de dérive), l’utilisation de NanoMap et l’assimilation de l’incertitude ont permis au drone de réussir le vol sans encombre dans 97 à 98% des cas.

De nouveaux horizons pour l’utilisation de drones autonomes

Au cœur d’un marché à la pointe de la technologie et du développement, le concept développé par les membres du Laboratoire d’informatique et d’intelligence artificielle (CSAIL) du MIT a permis de mettre au point de petits engins rapides et plus précis.

Avec ce système, la voie est ouverte pour des champs d’application qui ne manqueront pas de trouver preneur dans la livraison des colis, le transport de marchandises, voire même dans le cadre des utilisations à des fins militaires (recherche, exploration, sauvetage).

De quoi alimenter le sujet de l’éthique et de la prise de décision par des machines, une réflexion au cœur des débats actuels.