Dropbox a décidé de bloquer Boxopus

A peine arrivé, déjà reparti. Hier, je vous ai effectivement présenté un service assez sympathique du nom de Boxopus. Assez sympathique puisque ce dernier permettait à n’importe quel internaute de télécharger des fichiers via Bittorrent et de les envoyer directement vers leur Dropbox. Plutôt pratique, surtout quand on est très nomade et pas toujours à côté de sa bécane. Sauf que voilà, les gars de Dropbox ont rapidement vu rouge et ils ont ainsi décidé de bloquer purement et simplement le service, prétextant que ce dernier incitait les internautes à pirater des oeuvres protégées par les droits d’auteur.

Dropbox a décidé de bloquer Boxopus

On peut dire que les spécialistes du stockage dans les nuages tirent plus vite que leur ombre puisqu’il ne leur a fallu qu’une poignée d’heure pour réagir et pour bloquer l’accès à Boxopus. En se rendant sur le service, il est donc désormais impossible de s’identifier à l’aide de son compte Dropbox ni même de lancer de nouveaux téléchargements. Notons d’ailleurs la présence d’un message plutôt clair et qui dit  tout simplement que les téléchargements sont momentanément interrompus. Momentanément ? Oui, momentanément (dur à écrire tiens), mais ça risque quand même de durer pas mal de temps.

C’est effectivement sur Torrent Freak que l’on peut trouver un peu plus d’informations sur le litige qui oppose Dropbox à Boxopus. On apprend ainsi que ce dernier a reçu un vilain mail de la part du premier, un mail disant simplement que la technologie développée par les rois du torrent dans le cloud pouvait encourager les internautes à télécharger des films, de la musique et plein d’autres trucs pas très légaux. S’en suit tout un topo sur les conditions d’utilisation du service et une conclusion pour le moins incisive : l’accès de Boxopus à Dropbox a été révoqué. Au moins, les choses sont claires.

Le truc un peu discutable, quand même, c’est que Dropbox était apparemment au courant du projet des développeurs de Boxopus. Ces derniers ont ainsi travaillé d’arrache pied durant 3 mois pour mener leur projet à son terme. Ils y ont même investi 30.000 $ et on comprend donc que la pilule soit très dure à avaler.

Quoi qu’il en soit, ce que l’on ne manquera pas de remarquer, c’est que les entreprises et les autorités font de plus en plus l’amalgame entre Bittorrent et téléchargement illégal. Et on ne manquera évidemment pas de penser à l’affaire PayPal en passant.