Du nouveau concernant notre ancêtre l’Homo erectus

Nous avons toujours pensé que l’homme moderne ressemblait anatomiquement à l’un de nos fameux ancêtres, l’Homo erectus. Mais les résultats de récentes recherches menées par une équipe de chercheurs conduite par le professeur Spoor prouvent le contraire.

Ces dernières années, grâce à l’introduction de techniques d’imagerie et de reconstruction modernes et plus performantes, cette équipe a pu mener des études plus approfondies non seulement anatomiques, mais également à propos des mouvements thoraciques et de la respiration des Homo erectus. Ce qui a d’ailleurs permis d’évaluer leur capacité d’endurance.

Du nouveau concernant notre ancêtre l'Homo erectus

Photo d’Eliane Meyer. Crédits Pixabay

D’après les résultats de leurs études publiés dans la revue Nature Ecology and Evolution, le professeur Spoor et ses collègues ont ainsi pu reconstruire en 3D la cage thoracique d’un jeune Homo erectus baptisé le Turkana Boy.

Les particularités de l’Homo erectus mis à jour

Le squelette entier du Turkana boy (KNM-WT 15000) a été déterré à Narokotome, au Kenya et a donc été comparé avec ceux d’un Homo sapiens et d’un homme de Néandertal.

Ils en ont déduit que l’Homo erectus avait un corps plus trapu, et leur thorax est beaucoup plus large et volumineux que celui de l’Homo sapiens.

D’après le coauteur de cette étude, le Dr. Daniel García Martínez, chercheur en paléontologie, la cage thoracique des Homo erectus était plus profonde, plus large et plus courte.

De ce fait, ils devaient beaucoup plus ressembler aux Néandertaliens, qui avaient les mêmes caractéristiques, qu’aux Homo sapiens.

À lire aussi : Les “Hobbits de Florès” ne descendraient pas de l’Homo Erectus

Finalement, l’Homo erectus ne nous ressemblait pas tant que ça

Contrairement à nos ancêtres, notre morphologie plus grande que mince, donc un corps plus élancé, nous a procuré plus d’avantages et nous a permis de nous adapter aux conditions climatiques de la savane. Des caractéristiques qui nous ont donné une meilleure endurance physique et qui a beaucoup contribué à notre évolution.

En effet, les auteurs pensent que ces modifications, qui sont apparues assez tardivement au cours de l’évolution de notre espèce, ont permis d’optimiser notre capacité respiratoire pour des activités et courses qui requièrent une certaine endurance.

Des conclusions qui corrigent l’idée selon laquelle les Homo erectus étaient maigres, avaient une certaine endurance, et … qu’ils nous ressemblaient.

À lire aussi : Dites bonjour au Homo Luzonensis, une nouvelle espèce humaine

Mots-clés paléontologie