Du nouveau sur l’énigmatique apparition de la vie sur Terre

Les origines de la vie sur Terre restent un mystère et les scientifiques ne cessent d’effectuer des recherches afin de l’expliquer. Cette fois-ci, une nouvelle hypothèse concernant celle-ci vient d’être avancée et cela concerne les molécules d’ADN et d’ARN, les molécules fondamentales constituant tout organisme vivant.

D’après de nouvelles études, la vie sur Terre pourrait en effet associée à des lacs disposant d’une forte teneur en phosphore. En effet, le phosphore est l’un des six éléments indispensables à la vie et il rentre également dans la composition principale des molécules d’ADN et d’ARN. Ce qui fait de cet élément une composante essentielle à l’apparition de la vie.

La découverte de nouvelles molécules inhibitrices améliorerait la précision de CRISPR pour l'édition génétique

Crédits Pixabay

Pour autant, la grande question à laquelle les scientifiques se sont toujours heurtés est la condition dans laquelle cet ingrédient crucial s’est retrouvé dans la soupe originelle avant l’apparition de la vie. Une question, dont la réponse est « restée floue depuis près d’un demi-siècle », selon le professeur adjoint de recherche à l’Université de Washington en sciences de la Terre et de l’espace, Jonathan Toner. Enfin jusqu’à maintenant.

La thèse concernant l’apparition du phosphore

Malgré le fait que le phosphore soit un élément rare à l’état naturel, les réactions chimiques qui sont indispensables à la construction de la vie en ont obligatoirement besoin.

Justement, pour le cas de l’apparition de la vie sur Terre, ce problème semble avoir été résolu après une étude UW qui a été publiée dans les Actes de la National Academy of Sciences le 30 décembre dernier. Ces études se sont penchées sur des cas de lacs spécifiques.

Les lacs en questions se trouvent dans des endroits arides et sont riches en carbonates et en phosphates. En effet, en raison du climat et suite à l’évaporation, ces lacs ont des pH élevés grâce aux sels dissous. Et on peut trouver ce type de lac sur chaque continent.

D’après des études menées sur certains de ces lacs, les chercheurs ont pu constater que le niveau de phosphore que l’on peut trouver dans l’eau de mer est 50 000 fois inférieur à celui des lacs riches en carbonates et en phosphates. Par déduction, les scientifiques pensent que suggère un mécanisme naturel propice à l’apparition de la vie.

Du phosphore, les premiers êtres vivants puis la vie

Selon le résultat des études effectuées sur ces lacs biologiquement riches en sels, ces derniers ont joué un rôle crucial dans l’apparition de la vie sur Terre. Le phosphore a engendré les premiers vestiges d’organismes qui ont évolué pour former les êtres vivants qui sont apparus sur notre planète.

La Terre était en effet parsemée de volcans actifs. Les réactions entre les roches volcaniques fraîches et le CO2 n’ont pu qu’apporter du carbonate et du phosphore aux lacs qui existaient en ces temps reculés. Et les scientifiques pensent que c’est ce fameux mécanisme qui a fait que l’apparition de la vie fut finalement possible.

Mots-clés biologie