Du nouveau sur l’origine des mégalithes de Stonehenge

Ayant depuis longtemps échappé aux historiens et archéologues, il semble bien que le mystère sur l’origine des mégalithes de Stonehenge ait enfin une réponse. En effet, grâce aux résultats d’une étude menée par l’équipe de David Nash, professeur à l’Université de Brighton (Angleterre), publiés récemment dans Science Advances, on sait que certaines de ces pierres proviennent probablement de West Woods.

Les résultats d’une étude menée par l’équipe de David Nash suggèrent, en effet, que les pierres géantes qui constituent Stonehenge sont issues d’une zone voisine « regorgeant d’activités préhistoriques ». D’après les analyses effectuées sur les sarsens, les blocs de grès géants (sarsens) qui ont servi à la construction de Stonehenge ont une composition similaire à celles provenant d’un site situé à environ 25 kilomètres de là, West Woods.

Lever de Soleil sur Stonehenge

Photo de Sally Wilson. Crédits Pixabay.

Ces chercheurs ont fait appel à de nouvelles techniques, dont l’analyse par rayons infrarouges et la spectrométrie de masse pour étudier ces blocs. Ce qui leur a permis de mettre la main sur des détails dont on ne se serait pas douté auparavant.

De nouvelles techniques pour analyser les sarsens

D’après Nash, pour arriver à ces conclusions, cette étude a requis l’utilisation de nouvelles techniques d’analyse qui n’ont jamais été appliquées aux mégalithes de Stonehenge. Ainsi, l’examen de la composition chimique des sarsens a été fait à partir de « rayons X » et de mesures obtenues grâce à la spectrométrie de masse.

« Cela nous a montré que la plupart des pierres ont une chimie commune, ce qui nous a amenés à nous dire que nous recherchons ici une source principale » précise-t-il.

Après avoir procédé à une étude comparative des résultats de la composition chimique de plusieurs « sites sources potentielles », une similitude entre la composition chimique des mégalithes de Stonehenge et le site de West Woods a été trouvée.

À lire aussi : Nouvelle découverte autour du site de Stonehenge

Une convergence de matériaux importés de différents endroits

Cette nouvelle étude soutient toutefois l’hypothèse selon laquelle les différentes sortes de pierres qui constituent Stonehenge viennent de différents endroits. Ainsi, de précédentes recherches montrent que les « petites pierres bleues » sont issues du Pays de Galles, mais ce n’est pas le cas pour les mégalithes, comme on vient de le voir.

Ainsi, selon Nash : « Stonehenge est comme une convergence de matériaux importés de différents endroits ».

Pour autant, même si on sait maintenant que ces mégalithes, d’environ neuf mètres de hauteur et pesant plus d’une trentaine de tonnes, viennent d’un site se trouvant à 25 kilomètres de là, on ne sait toujours pas comment ils ont été transportés à Stonehenge, ni à quelle fin exactement.

Le mystère de Stonehenge garde donc une grande partie de son histoire non dévoilée.

À lire aussi : Le solstice d’été de Stonehenge sera retransmis sur Internet