Du sang de Dinosaure a été retrouvé dans une tique fossilisée

La fiction aurait-elle devancé la réalité ? Si dans le cas présent l’affirmer de but en blanc reviendrait un peu à croire au Père Noël, force est d’admettre que cette récente découverte sonnera dans l’esprit de beaucoup d’enfants des années 90 comme un étonnant remake d’un des films des plus populaires de l’année 1993 : Jurassic Park.

Pourquoi ? Eh bien tout simplement parce que – comme dans le film de Steven Spielberg – une équipe de chercheurs a retrouvé en Birmanie, du sang de dinosaure dans l’estomac fossilisé d’une tique, qui l’était pour sa part tout autant. Une découverte hors du commun qui renvoie le groupe de chercheurs britanniques et espagnols près de 99 millions d’années dans le passé.

A la façon de ce qui servait de moteur au scénario du film Jurassic Park en 1993, du sang de Dinosaure a été retrouvé dans une tique préhistorique fossilisée.

Il est extrêmement rare de découvrir des fossiles de parasites hématophages directement liés aux restes de leurs hôtes” indique Xavier Delclòs de l’université de Barcelone, qui s’est co-chargé de l’étude qui a été faite par la suite des quatre tiques découvertes. Si une seule d’entre elle était gorgée de sang, le cas de ces parasites s’avère d’autant plus intéressant que – comme le rappelle Xavier Delclòs – l’un d’entre eux avait une de ses huit pattes directement prise dans une des plumes du dinosaure qu’il parasitait.

Du sang de dinosaure à plumes dans l’estomac d’une tique, elle-même cristallisée dans de l’ambre…

En somme une sorte de poupée gigogne préhistorique, qui ne suffira toutefois pas à réaliser l’exploit décrit dans le film de Spielberg. Comme l’explique en effet le musée d’histoire naturelle de l’université d’Oxford “Toutes les tentatives pour extraire L’ADN des échantillons d’ambre se sont révélées infructueuses“. De quoi en rassurer certain et en mécontenter d’autres… Les dinosaures ne sont pas encore prêts à être recréés grâce à la magie de l’ADN.

Toujours est-il que la découverte nous donne confirmation que les parasites sont parmi les espèces vivantes les plus tenaces que la Terre ait porté. Si cette espèce en particulier (dotée de huit pattes mais d’aucun œil) n’existe plus depuis longtemps, les chercheurs rappellent que si “les oiseaux sont les uniques descendants des dinosaures théropodes à avoir survécu à l’extinction de masse de la fin du Crétacé, il y a 66 millions d’années, les tiques ne se sont pas juste accrochées à la vie, elles se sont développées“.

Le parasite aura donc d’une certaine façon survécu à son hôte à plumes…