Dubaï vient de signer un accord avec Hyperloop One

Dubaï vient d’annoncer une surprenante nouvelle. L’Autorité des routes et des transports du pays a signé en début de semaine un accord avec l’entreprise californienne Hyperloop One afin de développer un système de transport entre Dubaï et Abou Dhabi. D’après l’accord, ce fameux système devrait permettre aux usagers de se déplacer d’une ville à une autre en 12 minutes.

Les deux villes se trouvent à très exactement 326 km l’une de l’autre, du moins en prenant les axes E45 et E11. Il faut en moyenne trois heures pour les rallier sans circulation et en respectant les limites de vitesse actuellement en vigueur dans le pays.

Hyperloop One Dubaï

Hyperloop One a des vues sur Dubaï.

L’Autorité des routes et des transports (RTA) entend visiblement simplifier la vie des usagers, car il vient de signer un accord avec une des entreprises les plus en vue à l’heure actuelle : Hyperloop One.

Hyperloop One compte poser ses valises à Dubaï

Cette société est basée en Californie et elle a pour ambition de faire du concept imaginé par Elon Musk une réalité. Elle a d’ailleurs construit une piste en plein air dans le Nevada au début de l’année afin de procéder à différents essais et elle compte à terme relier Los Angeles et Las Vegas à l’aide de ce système de transport.

Mais elle ne souhaite pas non plus se limiter au territoire américain et elle a ainsi annoncé quelques semaines avant l’été avoir conclu un accord avec le Groupe Summa et le gouvernement russe afin de construite un Hyperloop à Moscou.

Hyperloop One a donc la ferme intention de devenir une figure incontournable du transport du futur et ses arguments ont l’air de porter puisqu’elle a effectué plusieurs levées de fonds auprès de plusieurs investisseurs privés.

L’entreprise a visiblement aussi l’intention de s’installer dans les Émirats arabes unis puisqu’elle vient de signer un accord avec le RTA. Rob Loyd, le patron de la compagnie, s’est même rendu au début de semaine dans la capitale du pays afin de l’entériner et il a profité de l’occasion pour prononcer un discours devant le Burj Khalifa, soit devant la plus haute tour au monde.

Un accord portant essentiellement sur la faisabilité du projet

Il a notamment déclaré que cet accord était “historique” et qu’il allait permettre à l’entreprise de fournir à Dubaï le premier Hyperloop.

Si la société et les autorités ont choisi de se focaliser, pour commencer, sur Dubaï et Abou Dhabi, elles n’ont pas l’intention d’en rester là et elles comptent ainsi étendre à terme le réseau à toute la région afin de faciliter le transport des habitants, mais également des marchandises.

Pour le moment, Hyperloop One et le RTA n’ont pas évoqué de calendrier précis, mais Rob Loyd a tout de même précisé qu’il était possible d’un point de vue technique de mettre en place un système de ce type dans les cinq prochaines années.

Le directeur général du RTA semble cependant un peu moins optimiste. Après avoir rappelé que cet accord portait avant tout sur la faisabilité du projet, il a effectivement expliqué que tout allait dépendre du coût de construction. Selon lui, il s’agit en effet d’un “facteur important” impossible à ignorer.

Mots-clés hyperloop