Mais au fait, combien de temps les embryons peuvent-ils rester congelés ?

Grâce au transfert d’embryon, les personnes qui ont des difficultés à tomber enceinte peuvent avoir des chances d’enfanter. Les embryons utilisés pour ce genre d’opération sont généralement congelés. Leur conservation peut durer des mois, voire même des années sans que cela entraîne leur dégradation.

Molly Everette Gibson en est la preuve vivante. Cette petite fille est née le 26 octobre 2020 d’un embryon qui a été congelé en 1992. Cette dernière a battu le record de sa sœur biologique, Emma Wren Gibson, qui vient d’un embryon qui a été conservé pendant 24 ans.

Crédits Pixabay

Face à ce genre d’histoires, on est en mesure de se demander combien de temps les embryons peuvent rester congelés. Barry Behr, professeur d’obstétrique et de gynécologie au Centre médical de l’Université de Stanford, a déclaré que leur conservation peut durer « indéfiniment. »

La cryoconservation préserve les embryons des effets du temps

Pour préserver les embryons, les chercheurs ont recours à un procédé appelé cryoconservation. Il consiste à congeler les embryons pour ensuite les placer dans un liquide d’azote à -196°C. Comme l’explique le professeur Barry Behr au micro du site Live Science, cette température a la capacité de stopper les activités biologiques.

« Si toutes les activités biologiques cessent, alors c’est comme si vous appuyiez sur le bouton pause. Les choses reprendront où elles se sont arrêtées quand vous appuyez à nouveau sur ce bouton. » Donc, même si un embryon est mis sur « pause » pendant des décennies, il se développera naturellement lorsqu’il sera décongelé et implanté.

Des facteurs extérieurs à prendre en compte

Même si un embryon peut être conservé indéfiniment, il existe toutefois des facteurs extérieurs qui peuvent l’endommager. D’après le professeur Barry Behr, les radiations ionisantes du soleil peuvent par exemple provoquer des mutations au niveau de l’ADN des embryons. En dépit de cela, les experts se veulent rassurants.  Selon eux, il faudrait des centaines d’années pour que ces radiations puissent gravement affecter la viabilité d’un embryon.

Le nombre de personnes qui choisissent de stocker leur embryon pendant une période de temps indéterminée est relativement faible. Le Dr Mary Ellen Pavone, professeur d’obstétrique et de gynécologie au sein du Northwestern Medicine dans l’Illinois, a indiqué que la plupart « des patients reviennent pour les utiliser. Les parents peuvent également choisir de les donner ou de les faire décongeler et jeter. »

Cela est peut-être dû au fait que les gens qui stockent leurs embryons sont soumis à des frais annuels.