Dying Light 2 : Le développement se passerait mal, très mal

Annoncé lors de l’E3 2018, Dying Light 2 a tout du projet qui fait rêver. Suite du premier titre, le jeu promet énormément sur le papier. Dans Dying Light, les joueurs se retrouvaient propulsés dans une ville close, isolée du monde moderne et peuplée de zombies. La campagne pouvait se jouer jusqu’à 4 joueurs et mettait l’accent sur le loot mais surtout le parkour dans une map open-world. Sans oublier un cycle jour/nuit : une fois le soleil couché, les zombies deviennent plus agressifs, capables de courir, tandis que des créatures effrayantes sortent de l’ombre. Les joueurs sont alors récompensés par de meilleurs objets et de l’expérience en combattant ces monstres boostés.

Dans Dying Light 2, Techland, le studio polonais qui développe le titre, promet un concept encore plus vaste et des choix scénaristiques qui influenceront l’histoire, alors que c’est désormais le monde qui est touché par la pandémie de zombies.

Crédit : Square Enix/Techland

Et après plusieurs années sans nouvelles, TheGamer nous révèle que le développement de Dying Light 2 se passerait mal, très mal.

Dying Light 2 ne donnerait plus de nouvelles pour une raison précise

Avec un énorme succès pour Dying Light, la suite du jeu en monde ouvert est attendue. Mais selon TheGamer, qui a interviewé des employés anonymes, le développement serait chaotique. Ce n’est pas la première fois que Techland est visé par de telles accusations. La personne incriminée dans ce développement difficile ? Pawel Marchewka, dirigeant du studio polonais.

L’un des employés explique que Techland a recruté plusieurs personnes dont Marc Albinet, ancien directeur chez Ubisoft, avec comme mission de repenser le design de Dying Light 2. Mais selon cette source anonyme, même l’homme, pourtant chevronné, n’était pas capable de communiquer avec la direction du studio. Ce dernier explique même que vouloir échanger avec Pawel Marchewka est aussi difficile que « changer la rotation de la Terre ».

Un autre explique que Pawel Marchewka serait incapable de prendre une décision, s’attardant sur des détails jugés absurdes et demandant des modifications sans même discuter avec les équipes. Un employé explique que lorsque l’homme n’aime pas quelqu’un, « il refuse de discuter, vous êtes dans la mouise. Un mot de trop et c’est foutu (…) Quand tout ne se passe pas comme prévu, il trouve une personne responsable. Ce n’est jamais à cause de lui. Comment ça pourrait être de sa faute, c’est un milliardaire ? ».

Mais ce n’est pas terminé puisque Pawel Zawodny, cadre chez Techland, aurait démissionné car Pawel Marchewka refusait d’utiliser l’Unreal Engine ou Unity pour faciliter le boulot des développeurs. L’homme a alors imposé Chrome Engine 6. L’un des employés explique que cela a dérangé beaucoup d’employés.

Face à ces accusations, Pawel Marchewka a décidé de répondre :

Nous développons en ce moment un jeu unique qui va plaire à des millions de personnes dans le monde, et c’est pourquoi nous avons des méthodes qui permettent un meilleur partage d’idées neuves et pertinentes. Cela dit, toutes les idées ne sont pas bonnes et nous retenons les meilleures, les plus cohérentes.

Toujours d’après TheGamer, ce sont 20 employés qui ont quitté Techland. Une partie non-négligeable du studio qui comptent 400 personnes.

Mots-clés dying light 2