Dyson souhaite lancer un véhicule électrique d’ici 2020

2 Milliards de livres (2.280 milliards d’euros). C’est la somme que le célèbre inventeur et designer britannique James Dyson a promis d’investir dans le processus de développement d’un véhicule électrique, qu’il souhaite voir débarquer sur le marché à l’horizon 2020.

Face à des journalistes étonnés, l’homme d’affaires (visiblement toujours aussi mordu d’innovations) a en effet indiqué avoir commencé ses recherches pour concevoir un tel véhicule il y a deux ans. Il précise en outre qu’environ 400 ingénieurs se seraient déjà penchés à ses côtés sur le projet. Un projet résolument novateur pour sa firme – spécialisée jusqu’à présent dans les aspirateurs sans sacs et le petit électroménager.

Essentiellement connu pour ses aspirateurs, Dyson, souhaite lancer un véhicule électrique d’ici à 2020. Ce dernier serait déjà en développement depuis 2 ans.

Il y a deux ans et demi, j’ai commencé à développer une voiture“. Voilà ce qu’a très simplement expliqué l’entrepreneur anobli par Elizabeth II en 1998, tout en spécifiant que des spécialistes de Dyson et “des experts de l’industrie automobile” sont aux commandes de son étonnant projet de véhicule non-polluant. James Dyson a en outre rappelé que, selon des chercheurs du King’s College de Londres, près de 9500 personnes meurent chaque année à cause de la pollution de l’air.

Un milliard pour la batterie, et un autre milliard pour le véhicule…

Soucieux de garder des comptes ronds et de faire simple, James Dyson a prévu de diviser son budget de deux milliards de livres en deux moitiés égales. Un milliard sera donc destiné aux recherches qui permettront de mettre au point la batterie, tandis que l’autre milliard sera quant à lui réservé à la conception du véhicule en lui-même.

Maintenant qu’il est rendu public, “ce projet va croître rapidement” assure le designer britannique qui a en revanche rappelé aux employés de sa société que la plus grande confidentialité était de mise ; indiquant notamment – et à raison – que “la concurrence sur les nouvelles technologies est forte dans l’industrie automobile“.

À nouveau marché, nouveaux enjeux, Dyson (la marque cette fois et non l’homme d’affaires) va devoir réussir le tour de force de se faire une place sur le marché de la voiture électrique. La firme pourrait toutefois tomber au bon moment. Comme le rappelle Le Figaro, les gouvernements britanniques et français ont en effet fait part il y a peu de leur volonté d’interdire la vente de véhicules diesel et essence d’ici 2040.

Crédit illustration