EA et FIFA : l’éditeur se verrait demander des milliards par l’organisme

Il semblerait que l’intention d’EA de ne plus utiliser le nom FIFA pour ses simulations de football découle des sommes vertigineuses demandées par l’organisme. Lequel aurait même doublé ses exigences pour la décennie à venir.

Cette communication était très clairement curieuse : pourquoi l’éditeur américain EA envisageait-il ainsi de se séparer du nom FIFA pour vendre ses prochaines simulations de football ? La santé de la franchise apparaît en effet au beau fixe et son public a priori attaché à la marque.

Crédit YouTube.

C’est du côté du New York Times (article complet réservé aux inscrits) que vient de se dessiner un début d’éclaircissement. On apprend ainsi que la FIFA demanderait encore plus d’argent à EA pour les droits d’exploitation liés à son nom.

Droits d’exploitation : la FIFA demanderait deux fois plus à EA pour la prochaine décennie

Selon des sources proches des négociations entre les deux parties, la FIFA demanderait 2,5 milliards de dollars à EA pour le droit d’exploiter son nom pour les dix années à venir. Soit plus de deux fois ce qui était requis de l’éditeur jusqu’à présent.

Les discussions, d’une durée minimale de deux ans, se seraient “heurtées à un mur” après l’exigence de la FIFA de réclamer un milliard pour chaque cycle de quatre ans lié à la Coupe du monde. En outre, l’organisme souhaiterait limiter les droits octroyés à EA, alors que l’éditeur aimerait mettre davantage l’accent sur “les temps forts des rencontres réelles, les tournois de jeux vidéo en arène et les produits numériques comme les NFT”.

Où en est la collaboration entre EA et FIFA ? VGC rapporte que l’accord d’exploitation en cours est censé expirer l’an prochain après la Coupe du monde au Qatar. On sait qu’Electronic Arts s’est déjà assuré de pouvoir continuer à utiliser moult licences même en se séparant de la FIFA. Sa collaboration avec la FIFPro a été récemment prolongée et ce mois-ci, le nom “EA Sports FC” a été déposé par ses soins. Pas super sexy écrit comme cela, mais puisqu’il n’y a désormais plus qu’une seule simulation de football à acheter, il devrait être plutôt facile de s’y retrouver pour le public le moment venu. Il est même probable, en partant dans cette voie, que le prochain FIFA comporte ce nouveau nom comme Konami l’avait fait il y a quelques années avec PES.