Ecosse : le mystère des pierres fondues a été résolu

Les chercheurs ont résolu l’un des mystères les plus anciens des Highlands écossais en répondant à cette question : comment un ancien fort a été brûlé à des températures si élevées que des parties de celui-ci ont fondu et fusionné ensemble ?

Dun Deardail à Glen Nevis, construit vers 500 av. J.-C., a longtemps été la source de folles théories, des théories prétendant que les gens vivant à l’âge de fer avaient utilisé une super-arme capable de dégager suffisamment de chaleur pour faire fondre les pierres du fort.

Un certain nombre d’expériences ont été menées sur plusieurs années afin de tenter de découvrir comment les pierres composant les différentes bâtisses du fort avaient pu atteindre une chaleur suffisante pour provoquer un processus de vitrification.

Maintenant, des archéologues de Forest Enterprise Scotland et des chercheurs de l’université Stirling pensent avoir découvert la cause réelle de cet étrange phénomène.

Une explication tout à fait plausible

Les chercheurs ont donc avancé la thèse qu’une superstructure en bois soutenue par les remparts a été incendiée. L’incendie aurait ensuite atteint les pierres pour les chauffer « comme un four » a expliqué Matt Ritchie, archéologue chez Forest Enterprise Scotland.

Il a également ajouté que la structure pourrait avoir servi à stocker du grain afin de nourrir les habitants du fort.

L’écrivain et animateur, Arthur C Clarke, a toujours dit que les forts vitrifiés présents à travers le pays étaient le plus grand mystère qu’il avait rencontré. Il avait même avancé une théorie selon laquelle les gens de l’âge de fer auraient eu besoin de lasers pour faire fondre les pierres.

À ce propos, Ritchie a déclaré que des tests ont montré que des blocs de pierre fondue se formaient dans des espaces sans oxygène et soumis à une chaleur intense.

Un mystère à moitié résolu

« C’est vraiment excitant. Non seulement nous allons avoir une meilleure compréhension de la façon dont la vitrification s’est produite, mais nous pouvons également savoir comment visualiser ces forts de colline comme des citadelles, avec des murs de remparts de plusieurs mètres de hauteur. » a déclaré Ritchie.

« Bien sûr, le mystère du pourquoi les forts ont été brûlés reste non résolu. Était-ce accidentel ou intentionnel ? Était-ce un acte de destruction, par un ennemi victorieux, ou un acte de cérémonie, peut-être à la mort d’un roi vénéré ? Nous ne le saurons peut-être jamais. » a-t-il ajouté.

Mots-clés géologie