Une écriture de 4 000 ans enfin déchiffrée

L’archéologue français François Desset, du Laboratoire Archéorient à Lyon, est actuellement sous les feux des projecteurs. Ce dernier fait la une des revues scientifiques pour avoir déchiffré une écriture vieille de plus de 4 000 ans qui a été utilisée auparavant en Iran. On peut dire qu’il s’agit d’un exploit ! En effet, cela fait un peu plus de 100 ans que des experts ont essayé de percer le mystère de ce système d’écriture.

La découverte de cette écriture remonte à 1901, sur l’antique site de Suse, selon François Desset.

« Depuis 120 ans, nous n’étions pas parvenus à lire ce qui avait été inscrit il y a 4 400 ans faute d’avoir trouvé la clé », explique-t-il.

Crédits Pixabay

Le système d’écriture qui a été déchiffrée par l’archéologue français est connu sous le nom d’élamite linéaire. D’après nos confrères du site Sciences et Avenir, il était utilisé dans l’ancien royaume d’Elam (Iran) entre la fin du 3e millénaire et le début du 2e millénaire avant notre ère.

Une histoire de dieux et de rois

François Desset a travaillé sur près de quarante inscriptions provenant du sud de l’Iran pour déchiffrer cette écriture.

« Pour travailler, nous avons divisé la quarantaine de textes dont nous disposions en 8 corpus, en fonction des provenances et des époques. Car l’élamite linéaire a été utilisé de 2 300 à 1 900 avant J.-C. sous le règne de différents souverains et dynasties et dans différentes régions », confie-t-il.

À l’issue de ce processus minutieux, il a découvert que la plupart des textes qu’il avait sous la main faisaient références à des dieux ou des rois. Un extrait des inscriptions a été traduit comme suit :

« À la dame de Marapsha, Shumar-asu, j’ai fait ce vase en argent. Dans le temple qui sera célèbre par mon nom, Humshat, je l’ai déposé en offrande pour toi avec bienveillance. »

A lire aussi : On a retrouvé une machine Enigma perdue

Les anciens systèmes d’écritures livrent leur secret

Le déchiffrement de l’élamite linéaire a permis d’en savoir plus sur d’autres systèmes d’écritures. On fait ici référence au proto-élamite et au proto-cunéiforme mésopotamien qui sont étroitement liés à l’élamite linéaire.

« Je peux aujourd’hui affirmer que l’écriture n’est pas d’abord apparue en Mésopotamie puis plus tard en Iran : ces deux systèmes, le proto-cunéiforme mésopotamien et le proto-élamite iranien, ont en fait été contemporains ! Il n’y a pas eu une écriture mère dont le proto-élamite serait la fille, il y a eu deux écritures sœurs. »

A lire aussi : Timgad, la cité romaine enfouie dans le désert algérien

Il a ajouté qu’ « en Iran, il n’y a pas eu non plus deux systèmes d’écritures indépendantes comme les spécialistes le pensaient jusque-là, avec le proto-élamite d’un côté et l’élamite linéaire de l’autre, mais une même écriture qui a été soumise à évolution historique et a été transcrite avec des variations au cours de deux périodes distinctes. »

Mots-clés archéologie