L’effet de la pandémie sur le taux de natalité

Avec une pandémie qui a mis en pause l’économie de la plupart des pays du monde, et un confinement presque généralisé, beaucoup croyaient que la Covid-19 aurait comme effet de créer un baby boom. Cependant, il semblerait que ce soit plutôt le contraire qui s’est produit. En effet, le taux de natalité aurait diminué dans de nombreux pays à revenus élevés.

Une étude récente menée par Arnstein Aassve, professeur en sciences économique et sociale au Bocconi University en Italie, a analysé les taux de natalité de 22 pays  à revenus élevés incluant les Etats-Unis, entre 2016 et le début de l’année 2021. Les résultats ont montré que 7 de ces pays ont vu leur taux de natalité baisser significativement vers les derniers mois de 2020 et le début de 2021 comparé à la même période au cours des années précédentes. Parmi les pays les plus touchés par ce phénomène, il y a eu entre autres la Hongrie avec une baisse de 8,5 %, l’Italie avec une baisse de 9,1%, et l’Espagne avec une baisse de 8,4 %.

Un bébé tenu par sa mère
Crédits Pixabay

En ce qui concerne les Etats-Unis, la baisse a été de 3,8 %, mais les chercheurs ont indiqué que ce résultat pour les USA n’était pas statistiquement significatif.

Ces résultats ont été publiés dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences USA le lundi 30 août dernier.

Les causes probables de cette baisse

Selon les explications, le taux de natalité varie de manière saisonnière tout au long de l’année, et la plupart des pays étudiés avaient déjà vécu des baisses de la natalité pendant des années, bien avant la pandémie. Toutefois, les baisses enregistrées 9 mois après que l’OMS ait déclaré l’urgence sanitaire le 30 janvier 2020 sont nettement plus visibles. Selon Aassve, ils sont sûrs du fait qu’il y a eu un impact de la pandémie.

Pour ce qui est des causes probables de ce phénomène, Aassve pense qu’il s’agit principalement de l’incertitude associée à une pandémie globale et ses impacts sur l’économie au niveau de chaque famille. Le chercheur explique que les gens n’ont pas vraiment compris de quel genre de maladie il s’agissait puisque c’était nouveau pour eux. Beaucoup ont réfléchi aux conséquences néfastes sur leur travail et sur leurs revenus. Les gens n’ont peut-être pas complètement décidé de ne pas avoir d’enfants, mais il est possible qu’ils veuillent attendre un meilleur moment.

A lire aussi : Covid-19 : selon cette étude, plus de 80 % des Américains possèderaient maintenant des anticorps au virus

La variation du taux de natalité dans l’histoire

Les spécialistes en démographie ne sont pas vraiment surpris par cette baisse. Ces experts ont en effet déjà observé des cas similaires au cours de l’histoire, après que des événements catastrophiques se soient produits. Il y a par exemple eu le cas de la crise financière de 2008 ainsi que celui de la pandémie de grippe en 1918.

Selon Philip Cohen, professeur en sociologie à l’Université du Maryland et qui n’a pas participé à l’étude, ils s’attendaient déjà à une baisse du taux de natalité provoquée par la Covid-19 à cause de l’histoire des désastres en général. Seulement, on ne savait pas comment cela allait se passer, ces résultats sont donc selon lui très intéressants et importants.

Jusqu’ici, on ne sait pas encore si le taux de natalité des pays à revenus élevés va rebondir dans les mois ou les années à venir. En tout cas, les premières données montrent une augmentation du nombre de grossesses et de naissances vers le début du mois de juin 2020, c’est-à-dire après la première vague des infections à la Covid-19 dans les pays les plus touchés au cours du printemps 2020. Mais les vagues suivantes ont pu pousser les gens à remettre leur projet d’avoir des enfants à plus tard.

s https://www.scientificamerican.com/article/the-pandemic-caused-a-baby-bust-not-a-boom/