L’effet inattendu du Brexit sur les noms de domaine en .eu

Le Brexit a enfin été prononcé. Le Royaume-Uni ne fait désormais plus partie de l’Europe, et cela a eu d’étonnantes répercussions sur certains sites utilisant un nom de domaine en .eu.

Comme nous l’apprend Zdnet, ce sont en effet 81 000 noms de domaine qui ont été suspendus depuis la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Leurs propriétaires doivent désormais montrer patte blanche pour continuer à les utiliser et ils ont seulement trois mois pour le faire.

Une femme tapant sur un clavier
Photo de Kaitlyn Baker – Unsplash

La décision a été prise par l’EURid, soit l’European Registry of Internet Domain Names.

Les citoyens britanniques n’ont plus le droit d’exploiter des noms de domaine en .eu

L’association, qui a la charge du registre européen, a en effet suspendu tous les noms de domaine en .eu appartenant… à des citoyens britanniques. Brexit oblige, ces derniers ne sont effectivement plus considérés comme des citoyens européens et ils perdent donc l’usage des noms de domaine exploitant l’extension de l’UE.

Rien n’est cependant perdu pour eux. L’EURid a effectivement mis en place une procédure avant de leur permettre de transférer leurs noms de domaine vers une filiale. Attention en revanche, car les délais sont serrés. S’ils souhaitent conserver l’accès à leur nom de domaine, ils devront en effet engager ce transfert sous trois mois.

S’ils ne le font pas, alors leur nom de domaine sera totalement bloqué à partir du 1er avril 2021, pour être ensuite révoqué au début de l’année prochaine. Et une fois que ce sera fait , ils se retrouveront de nouveau disponibles à l’achat, et ce sans que leur ancien propriétaire ne puisse rien y faire.

81 000 noms de domaine concernés

Il faut tout de même noter que cette décision n’aura pas uniquement un impact sur les sites. Toutes les messageries associées seront également suspendues puis révoquées.

D’après l’EURid, 81 000 noms de domaine seraient concernés par cette décision, des noms de domaine appartenant à seulement 50 000 utilisateurs. Toutefois, Zdnet fait remarquer que la plupart des propriétaires de ces noms de domaine les ont abandonnés pour migrer leur site vers un nouveau domaine exploitable librement.

Concrètement, cela veut aussi dire que la plupart de ces noms de domaine risquent de se retrouver en vente en janvier 2022… sans doute pour le plus grand bonheur des experts en SEO.

Mots-clés Brexit