L’effet inattendu des éruptions volcaniques

L’Islande est le théâtre d’activités volcaniques intenses. Cela est notamment dû au déplacement des plaques tectoniques. Entre août 2014 et février 2015, la région de Holuhraun, située dans le système volcanique de Bardarbunga au centre de l’île, a connu une éruption volcanique qui n’est pas passée inaperçue auprès des scientifiques.

Un groupe d’experts venant du Royaume-Uni et d’Islande s’est récemment concentré sur cette éruption volcanique. Leur objectif est d’en apprendre plus sur l’impact d’un tel événement sur la santé de la population locale. Au cours de leur étude, ils ont découvert que cette éruption volcanique a propagé environ 11 millions de tonnes de dioxyde de sulfure dans l’air au cours des six mois qui ont suivi cet événement.

Crédits Pixabay

Les chercheurs ont indiqué qu’à la suite de cette éruption, les diagnostics de maladies respiratoires ont connu une hausse de l’ordre de 23%.

Des fumées qui ont voyagé jusqu’en Europe

Les experts ont réussi à retracer le trajet de la fumée évacuée par le volcan de Holuhraun. Selon eux, après s’être propagée en Islande et sur l’océan Atlantique, elle a voyagé jusqu’en Europe et au Royaume-Uni. Les courants d’air l’ont ensuite ramené aux alentours de l’Islande.

Cette fumée a transporté avec elle des gaz qui représentent un danger pour la santé. Les chercheurs ont déclaré que les habitants de la capitale de Reykjavik ont été exposés à cette pollution à de nombreuses reprises. On soulignera le fait que cette région se trouve à 250 km du site de l’éruption.

Une situation qui aggrave les maladies respiratoires

Les scientifiques qui ont mené cette étude ont tiré la sonnette d’alarme face à cette situation. Ils ont expliqué que les particules polluées qui sont transportées par cette fumée pénètrent en profondeur dans les poumons des personnes habitants aux environs et peuvent engendrer de graves problèmes de santé.

« Les volcans sont une source importante de pollution atmosphérique, mais bien sûr, c’est une source qui ne peut être contrôlée. De grandes éruptions volcaniques peuvent provoquer une pollution atmosphérique nocive à la fois immédiatement et également lorsque la fumée revient dans la même zone. Nos recherches montrent que lors d’éruptions prolongées telles que Holuhraun, les fumées récentes et celles qui sont plus matures peuvent circuler en même temps, augmentant les effets néfastes sur la santé de ceux qui vivent dans les régions volcaniques », a déclaré Evgenia Ilyinskaya de l’Université de Leeds.

D’après elle, les autorités doivent donc prendre des mesures pour protéger leur population après ce genre d’événements.