L’effet inattendu des voyages dans l’espace

Dans les années à venir, les voyages spatiaux seront amenés à se démocratiser. Aussi excitant que cela puisse paraître, il ne faut pas oublier que de telles expéditions peuvent avoir un impact sur la physiologie et la santé humaine. Il existe de nombreuses études qui traitent de ce sujet. L’une d’entre elles a été menée par des chercheurs du Centre des sciences de la santé de l’Université du Texas à Houston, aux Etats-Unis.

Ces derniers avaient alors révélé que les voyages dans l’espace pouvaient modifier le cerveau humain. Aujourd’hui, ce sont les scientifiques de l’Université du Texas Southwestern Medical Center qui se sont intéressés à cette question. Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Circulation, ils ont attiré notre attention sur un autre effet des voyages spatiaux.

Crédits Pixabay

Selon eux, le fait de passer trop de temps dans l’espace réduirait la taille de notre cœur.

Le cas de Scott Kelly

Les auteurs de cette étude se sont concentrés sur le cas de Scott Kelly. Cet astronaute est connu pour avoir passé un an à bord de la Station spatiale internationale (ISS), de 2015 à 2016. Après son retour sur Terre, les chercheurs ont noté un changement au niveau de son cœur. Selon eux, celui-ci aurait rétréci.

Les experts ont déclaré que c’était dû à l’absence de la gravité. Le cœur n’a donc pas à pomper aussi fort que sur Terre. Comme tout autre muscle, il perd de sa forme physique suite à une utilisation moins intense. Ce changement est survenu malgré le fait que Scott Kelly se soit entraîné presque tous les jours à bord de l’ISS.

Un astronaute en bonne santé

Le Dr Benjamin D. Levine, l’Université du Texas Southwestern Medical Center, a indiqué que le rétrécissement du cœur de Scott Kelly n’a eu aucun impact sur son état de santé.

« Son cœur s’est adapté à la gravité réduite. Il n’a rencontré aucun dysfonctionnement. La capacité excédentaire n’a pas été réduite à un niveau critique. Il est resté raisonnablement en forme. Son cœur s’est rétréci et atrophié comme on pouvait s’y attendre en allant dans l’espace. »

Ce n’est pas le seul changement auquel les astronautes doivent s’attendre une fois dans l’espace. On sait qu’ils sont aussi susceptibles d’avoir la tête qui enfle, les globes oculaires écrasés et les os fragilisés.

Récemment, la NASA a financé une étude pour suivre la santé du cœur de 10 autres astronautes qui ont passé une année en espace.

Mots-clés espace