L’effet insoupçonné de la Covid-19 sur le virus de la grippe

La pandémie de Covid-19 a eu un effet inattendu sur le virus de la grippe.  A en croire un article publié dans le magazine STAT, le Coronavirus aurait en effet entrainé la disparition de deux souches de virus grippaux. Cette découverte survient après que les chercheurs aient remarqué des changements dans le comportement de certains virus responsables de la grippe.

Les scientifiques se sont appuyés sur l’évolution des virus de type H3N2. D’après eux, ils auraient continué à évoluer pendant plusieurs années pour développer des aptitudes leur permettant de venir à bout de nos défenses immunitaires. Toutefois, après 2012, les H3N2 ont commencé à se comporter de façon étrange. Ils se sont organisés en sous-classifications ou clades.

Crédits Pixabay

Les H3N2 étaient devenus tellement nombreux qu’il était devenu difficile pour les chercheurs de les distinguer. Et plus ils étaient nombreux, plus il était compliqué de créer un vaccin qui aurait été efficace contre ces virus responsables de la grippe A. Pourtant, aujourd’hui, avec la Covid-19, cette situation pourrait bien être en passe de changer.

Merci aux gestes barrières

Les gestes barrière sont de rigueur depuis le début de la pandémie. D’après les chercheurs, le port de masque, la fermeture des écoles et les restrictions liées aux déplacements ont entrainé une baisse historique du niveau de transmission de la grippe à l’échelle mondiale. Ils ont indiqué qu’il y a de fortes chances pour que ces mesures aient même contribué à la disparition des souches H3N2.

Pour le moment, cela reste encore à vérifier.

« Je pense qu’il y a de bonnes chances qu’il soit parti. Mais le monde est vaste », explique Trevor Bedford, du Fred Hutchinson Cancer Research Center de Seattle.

Les experts pensent également que la pandémie a fait disparaitre les virus de la grippe B, appartenant à la lignée B/Yamagata.

Une bonne nouvelle pour les vaccins contre la grippe

Les chercheurs n’ont plus trouvé de traces des souches de H3N2 et des virus de la lignée B/Yamagata depuis le mois de mars 2020. Malgré cela, Florian Krammer, de l’Icahn School of Medicine Mount Sinai à New York, préfère rester vigilant.

« Ce n’est pas parce que personne ne l’a vu qu’il n’est plus là, n’est-ce pas ? Mais effectivement, il pourrait avoir disparu. »

En tout cas, si cela est vrai, c’est une bonne nouvelle pour le développement de vaccins. En effet, le fait qu’il y ait moins de virus à prendre en compte permettra aux chercheurs de concevoir de meilleurs vaccins contre la grippe.

Pour l’heure, seul le temps nous dira si ces virus ont vraiment disparu.

Mots-clés santé