Cette église semble mener tout droit vers le ciel

Le Piton de Katchkhi est un des endroits les plus étranges qui soient. Immense, il culmine à plusieurs dizaines de mètres d’altitude et il abrite un ancien édifice religieux semblant mener tout droit vers le ciel.

Cet étonnant rocher ne se trouve pas franchement à côté de chez nous. Il est en effet situé en Géorgie, et donc dans ce drôle de pays coincé entre la Russie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Peu connu, il s’étale sur environ soixante-neuf mille kilomètres carrés et il compte un peu moins moins de quatre millions d’habitants.

Monolithe

Toutefois, dans ce cas précis, la taille ne fait pas le moine et l’histoire de cette étonnante nation est à la tête d’une histoire extrêmement chargée.

Le Piton de Katchkhi, un rocher très particulier

Elle a d’ailleurs été la première à adopter la religion chrétienne comme religion officielle, ce qui lui a valu de nombreux désagréments.

Le Piton de Katchkhi se trouve pour sa part au centre du pays, non loin d’un village portant le même nom. Massif et imposant, il se présente sous la forme d’un immense monolithe naturel entièrement fait de calcaire, un monolithe culminant à une quarantaine de mètres environ.

Ce n’est cependant pas sa plus étrange caractéristique. Il abrite en effet à son sommet les ruines d’un ancien édifice religieux, un édifice dont les premières explorations remontent au milieu des années 40.

Depuis, il a fait l’objet de nombreuses études et les chercheurs ont alors découvert qu’il abritait une ancienne église construite sur une crypte et trois cellules d’ermites. En fouillant les décombres, les scientifiques ont également découvert une cave à vin et une courtine.

Un édifice étudié dans les années 40

Contre toute attente, les autorités ont entrepris de rénover entièrement le bâtiment afin de lui offrir une deuxième vie. La tâche n’a pas été aisée en raison de la topologie des lieux, mais elles ont réussi à atteindre leur objectif et le complexe a même retrouvé une activité religieuse à partir de la fin des années 90. Il est en effet occupé par un ancien prisonnier devenu moine ermite, un prisonnier qui descend tout de même deux fois par semaine de son promontoire pour se dégourdir les jambes.

Ce qui n’est pas spécialement simple par ailleurs puisque le seul moyen d’accéder à l’édifice consiste à escalader le monolithe à l’aide d’une échelle accrochée directement au rocher.

Crédits Photo

Mots-clés insolite