Egypte : découverte de mystérieux couvres chef en forme de cônes

Il est fréquent de voir dans l’art égyptien datant d’environ 3550 à 2000 ans, des représentations de personnalités éminentes portant un couvre chef en forme de cône.

Le problème c’est que jusque là, les archéologues n’avaient trouvé aucun de ces “cônes de tête”, en vrai, prouvant qu’ils ont vraiment existé. Mais c’est désormais chose faite, puisque des archéologues rapportent avoir déterré deux de ces coiffes dans l’ancienne ville égyptienne d’Amarna.

Crédits Pixabay

Les anciens égyptiens portaient bien des cônes sur la tête

La cité d’Amarna, construite par le pharaon Akhenaton et occupé de vers 1347 av. J.C. à 1332 av.J.C., est connue pour abriter des milliers de tombes de gens ordinaires. C’est justement parmi ces tombes que les squelettes de deux personnes ont été retrouvés avec sur la tête les fameux cônes de l’art ancien égyptien. La découverte a été rapportée dans la revue Antiquity par l’archéologue Anna Stevens de l’Université Monash à Melbourne, Australie, et ses collègues.

Les Égyptiens antiques ont longtemps été représentés portant ces « cônes de tête » dans les œuvres d’art. Mais jusqu’à présent, les experts n’avaient aucune preuve physique de leur existence. Les archéologues ont commencé à se demander s’ils avaient vraiment existé ou s’il ne s’agissait que d’un motif artistique, comme les halos dans l’art religieux par exemple. La nouvelle découverte vient enfin résoudre ce mystère.

“Cela confirme que les objets existaient réellement, chose à propos de quoi certains chercheurs étaient sceptiques. Mais on ignore pourquoi ces cônes ont été inclus dans les sépultures”, ont déclaré les experts. “On pensait peut-être qu’ils purifiaient les porteurs afin qu’ils puissent être en harmonie avec les rituels et les divinités de l’au-delà. Alternativement, ils pourraient être liés à des idées de fertilité et de résurrection.”

Des cônes de couleur crème, apparemment fais de cire d’abeille

Les couvres chef coniques  étaient placés sur deux individus enterrés il y a environ 3 300 ans, preuve que ces chapeaux ont bien existé. Les deux corps ont été découverts dans des parcelles distinctes dans un cimetière à Amarna. L’un était une femme décédée entre 20 et 29 ans et arborait “des tresses longues et épaisses comportant de nombreuses extensions et boucles d’extrémité”, ont déclaré les chercheurs. Son cône était placé au sommet de la tête sur ses cheveux bien conservés.

Les scientifiques ont déclaré que le cône, en forme de “dôme bas”, mesurait à l’origine environ 8 centimètres de haut et 10 centimètres de diamètre. Le sexe du deuxième individu n’est pas connu, mais les experts pensent qu’il est mort alors qu’il avait entre 10 et 15 ans. Dans les deux cas, le cône était de couleur crème et probablement en cire d’abeille.

Mots-clés archéologie