Egypte : des archéologues ont découvert un étrange site funéraire avec des hiéroglyphes indéchiffrables

Une dizaine de sarcophages, datant de 2000 ans, ont été découverts sur le site de Saqqarah, dans le nord de l’Égypte. Les fouilles ont été menées par une équipe polonaise qui inspecte les lieux depuis deux décennies. C’est l’apparence étrange et minimaliste de cette trouvaille qui intrigue le plus les archéologues.

D’autant que des hiéroglyphes indéchiffrables, qui semblent n’avoir aucune signification particulière, ornent les sarcophages.

Crédits Pixabay

« Apparemment, le peintre ne savait pas lire. Il essayait seulement de recréer ce qu’il avait vu ailleurs. Les peintures n’ont pas la forme d’un hiéroglyphe et l’ensemble ne forme pas un texte cohérent », a expliqué Kamil Kuraszkiewicz, égyptologue de la Faculté des études orientales à l’Université de Varsovie et auteur principal de cette étude.

La fouille a été effectuée entre la zone adjacente à la pyramide de Djoser, la plus ancienne du monde, et le côté ouest de la douve sèche. Le site est une tranchée de 20 m de profondeur et de 40 m de largeur qui s’étend autour de la zone sacrée.

Des enterrements modestes

Les experts pensent que ces tombeaux appartenaient à des gens ordinaires, car la majorité des momies ont été enterrées directement dans le sable. Néanmoins, ils n’excluent pas la possibilité que ces cimetières étaient à des personnalités importantes de l’ancienne société, ayant souhaité être inhumées d’une façon plus modeste.

Malheureusement, la plupart des sépultures enterrées dans cet endroit ne sont plus en bon état de conservation. « La plupart des momies découvertes dernièrement sont très modestes. Elles ont été embaumées de façon très simple, c’est-à-dire enveloppées dans de simples bandages et placées directement dans des fosses creusées dans le sable », a déclaré le Dr Kamil.

Des représentations d’Anubis en bleu

Des représentations d’Anubis ont été peintes en bleu au pied de certains sarcophages, alors que cette divinité funéraire de l’Égypte antique est habituellement représentée en noir.

« Il y a deux belles images maladroites d’Anubis sous forme de chacals couchés, en une couleur bleue tout à fait inhabituelle. Cette couleur est peut-être une référence au fait que, selon les croyances égyptiennes, les cheveux des dieux étaient faits de pierres précieuses bleues », a souligné l’égyptologue.

En outre, une momie se distingue des autres du fait qu’elle porte un collier multicolore sur son cou. Le couvercle de son cercueil est orné d’une imitation d’hiéroglyphe.

L’étude de ces sarcophages révèlera probablement d’autres secrets de la société égyptienne de l’époque.

Mots-clés archéologieégypte