Élections américaines : Les ingérences étrangères dans le viseur, une prime de 10 millions de dollars à la clé

Les élections présidentielles américaines approchent. Et à moins de 100 jours de l’échéance, le Département d’État américain annonce qu’il est prêt à débourser une importante somme pour que ces élections se déroulent bien.

En effet, une récompense de 10 millions de dollars, voire plus, sera donnée à quiconque fournira des informations aidant à identifier des pirates informatiques, coopérant avec des gouvernements étrangers pour essayer d’interférer avec les élections présidentielles de 2020.

Crédits Unsplash

Le paiement sera fait par le biais du programme Rewards for Justice du Département d’État américain. Pour information, il ne s’agit pas de la première récompense mise en place par cette branche de l’administration américaine pour débusquer les pirates informatiques et les États étrangers qui les soutiennent, tentés de mettre leurs grains de sel dans le bon déroulement de ces élections.

À ne pas louper : Les Galaxy Note 20 sont disponibles en précommande

Aucune forme d’ingérence ou de manipulation ne sera tolérée

La récompense sera valable pour tout type de cyberattaque visant les prochaines élections présidentielles. Ainsi, aucune forme de piratage informatique ne sera tolérée, que ce soit au niveau fédéral, étatique ou local.

Le département d’État a d’ailleurs déjà une petite idée de la façon dont les hackers pourraient s’y prendre.

Les machinations visant à porter atteinte à l’infrastructure électorale sont en première ligne. Les machines de vote ainsi que les bases de données des électeurs sont donc les plus menacées. Ensuite, il y a les campagnes d’influence, et les chantages par le biais d’informations confidentielles. Tout ceci dans le but de nuire aux organisations politiques, de déstabiliser les candidats ou de manipuler l’opinion publique.

Comme le souligne le département d’État, ce genre d’infractions, orchestré par des États étrangers, constitue une menace pour la sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis.

Cette récompense n’est pas la première du genre

En avril 2020, grâce à l’identification d’un hacker travaillant pour le gouvernement de la Corée du Nord, qui a d’ailleurs permis son arrestation, les informateurs ont reçu 5 millions de dollars.

Et récemment, en juillet dernier, les personnes qui ont aidé à retrouver deux Ukrainiens impliqués dans le piratage de l’US Securities and Exchange Commission en 2016, ont obtenu une récompense d’un million de dollars.

Et maintenant, il y a cette prime de 10 millions de dollars. En toile de fond, il y a l’ingérence de la Russie lors des élections présidentielles de 2016, et les tentatives de perturbations lors des élections de mi-mandat de 2018.

En effet, en 2016, Vladimir Poutine et son gouvernement sont accusés d’avoir été derrière le piratage de la DNC (Democratic National Committee), puis d’avoir perturbé les élections, en diffusant progressivement des informations, dans le but d’impacter l’opinion publique. Un schéma dont on veut apparemment se protéger Outre-Atlantique.

Mots-clés élections USusa