Elle a créé par accident une nouvelle batterie révolutionnaire

Mya Le Thai est étudiante et elle se passionne pour tout ce qui a trait à la chimie. Elle est plutôt douée dans ce domaine et des chercheurs de l’université de Californie lui ont donc proposé de travailler sur une expérience visant à créer des batteries plus résistantes que la normale. Ils ont visiblement eu raison de lui faire confiance.

Les batteries en lithium sont très répandues sur le marché et on les trouve absolument partout. Cela vaut évidemment pour nos gadgets électroniques puisqu’elles équipent nos ordinateurs portables, nos smartphones, nos tablettes et même les manettes de nos consoles.

Batterie Mya

Mya ne s’attendait sans doute pas à ce résultat quand elle a manipulé des nanofils d’or.

Et ça, bien sûr, c’est sans parler de nos objets intelligents et connectés, qu’il s’agisse de montres ou de simples coachs électroniques.

Les batteries actuelles rendent généralement l’âme au bout de 7 000 cycles

Mais voilà, ces batteries sont très fragiles et elles ont ainsi tendance à rendre l’âme au bout de 7 000 charges.

Face à la situation, des chercheurs de l’université de Californie ont monté une équipe afin de travailler sur une alternative. Ils ont alors décidé d’utiliser des nanofils d’or pour tenter d’augmenter la résistance des batteries mais cette initiative s’est malheureusement soldée par un cuisant échec. Ces fils sont en effet très fragiles et ils ont en plus tendance à se détériorer rapidement.

Ils se trouvaient donc dans une impasse mais leur étudiante leur a apporté la solution sur un plateau d’argent.

Le plus amusant, dans l’histoire, c’est que tout est parti d’une simple erreur. Mya avait effectivement travaillé sur une solution d’électrolyse peu avant et elle ne s’était pas lavée les mains. Lorsqu’elle a manipulé des nanofils d’or, elle a alors remarquée que cette fameuse solution augmentait significativement leur résistance et leur durée de vie.

200 000 cycles pour cette nouvelle batterie… au minimum

Elle en a immédiatement parlé à ses collègues et ces derniers ont alors installé un nanofil d’or dans une gaine conçue en dioxyde de manganèse. Ensuite, ils ont remplacé le lithium par un gel dérivé de la solution utilisée par leur étudiante et ils ont procédé à tous leurs tests habituels.

Là, ils se sont rendus compte que cette nouvelle batterie pouvait tenir beaucoup plus longtemps. Et encore, ce n’est rien de le dire car elle a tenu plus de 200 000 cycles avec une dégradation de l’ordre de 5% ! La plupart des batteries traditionnelles auraient rendu l’âme à sa place.

Les chercheurs n’ont évidemment pas l’intention d’en rester là et ils comptent bien mener de nouveaux tests pour parvenir à comprendre le fonctionnement de ces batteries.

A terme, cette découverte pourrait changer beaucoup de choses, et pas uniquement pour nos smartphones. Ces batteries nouvelle génération pourraient aussi permettre aux voitures électriques de rouler plus longtemps.

Mots-clés énergieinsolite