Elle découvre que son mari l’a sexuellement agressée en allant sur Pornhub

Pornhub se retrouve une nouvelle fois en fâcheuse posture. Rachel, une femme de trente-huit ans vivant à Alberta au Canada, a rapporté à l’AFP avoir découvrir que son mari l’avait sexuellement agressé… en tombant sur la vidéo de l’agression, partagée sur Pornhub.

L’agression remonte à plusieurs années en arrière. D’après les informations de nos confrères de l’AFP, elle aurait eu lieu en 2017. Rachel, il ne s’agit pas de son vrai nom, avait été droguée aux somnifères par son mari avant d’être sexuellement agressée par ce dernier.

Une femme se tenant le visage dans la pénombre
Photo de Juan Pablo Serrano Arenas provenant de Pexels

Une agression filmée par ses soins et que ce dernier avait ensuite partagée sur Pornhub, l’un des plus gros sites pour adultes au monde.

Une agression sexuelle remontant à l’année 2017

Rachel n’a pas tout de suite réalisé qu’elle avait été victime d’une agression. Ce n’est que plus tard qu’elle s’en est rendu compte. Alors qu’elle travaillait sur l’ordinateur familial, elle a découvert des photos suggestives qui l’ont mené vers le compte Pornhub créé par son époux.

Compte sur lequel se trouvait la vidéo tournée durant l’agression.

Rachel, de son côté, affirme ne se souvenir de rien. Elle pense donc avoir été droguée par son époux. La vidéo, de son côté, semblait d’ailleurs aller dans ce sens puisqu’elle évoquait des somnifères.

Elle avait été droguée aux somnifères

Très populaire, la séquence totalisait plus de 40 000 vues. Mais en fouillant, Rachel a réalisé que la vidéo avait également été enregistrée puis partagées sur d’autres plateformes. Toujours selon ses déclarations, elle aurait ainsi été vue plus de 200 000 fois. Rachel a également constaté la présence de dix pages de résultats dans Google sur les mots-clés associés à sa vidéo.

Après s’être remise du choc, la femme a été déposer plainte à la police. La vidéo a été retirée le lendemain même de Pornhub, avant de disparaître des autres sites du groupe Mindgeek. Néanmoins, l’affaire n’est pas encore classée puisque la vidéo apparaît toujours sur d’autres sites. Rachel pense d’ailleurs qu’elle ne pourra jamais la faire totalement disparaître.

De son côté, MindGeek a déclaré à l’AFP que les créateurs n’étaient pas autorisés à utiliser le mot-clé “somnifère” dans leurs vidéos. On ignore en revanche si cette mesure est récente.

La vidéo a été reprise sur d’autres plateformes

Il faut en effet rappeler que le groupe a totalement changé son fusil d’épaule en fin d’année dernière suite à la publication d’un article dans le New York Times. Article qui faisait état de l’existence, au sein du catalogue de Pornhub, de nombreux contenus illégaux au sein du catalogue du service. Des vidéos tournées sans autorisation, des contenus apparentés à du revenge porn et même des séquences impliquant des mineurs.

Suite à ces révélations, Pornhub a donc pris des mesures drastiques, notamment en supprimant tout le contenu partagé par les utilisateurs non enregistrés. De nouvelles règles ont également été mises en place.

Mais le problème, pour Rachel, est bien plus complexe. Pornhub permet en effet à ses utilisateurs d’autoriser le téléchargement de leurs vidéos. Et bien sûr, une fois ces dernières téléchargées, elles peuvent être republiées à l’infini sur toutes les plateformes. Rachel sait donc que sa vidéo n’est pas près de disparaître de la toile. Pas plus que la souffrance qu’elle ressent.

A noter que Rachel s’est séparée de son époux avant la découverte de cette vidéo. Une vidéo qui avait été vraisemblablement partagée sur Pornhub avant leur rupture.

Mots-clés nsfypornhub