Elle devient millionnaire en publiant des livres sur le Kindle

De nos jours, pour percer, un écrivain a besoin d’énormément de contacts dans le milieu de l’édition, bien sûr, mais aussi d’une bonne dose de patience. A part quelques cas isolés – et nous aurons tous une pensée pour Rowling -, la plupart des écrivains ont du mal à se faire connaître et à publier leurs livres. Amanda Hocking,  a préféré choisir les circuits alternatifs pour tenter de percer et bien lui en a pris puisque cette jeune demoiselle de 26 ans est devenue millionnaire en publiant ses livres… sur le Kindle Store. Pas de doute, elle risque de créer des vocations.

Une belle réussite, c’est certain. Plutôt que d’opter pour la voix habituelle et tenter ainsi de vendre ses livres aux éditeurs, notre jeune écrivain(e) a préféré investir le marché des liseuses numériques en diffusant ses oeuvres sur le Kindle Store. Quelques semaines plus tard, ses ouvrages se retrouvaient en tête des ventes. Aujourd’hui, ce ne sont pas moins de 100.000 exemplaires de ses livres qu’elle vend… chaque mois.

Le plus ironique, finalement, c’est que le prix de vente de ses livres est très bas et s’échelonne entre 0.99 $ et 3 $. Forcément, en vendant moins cher, elle vend plus et sa stratégie s’est révélée gagnante puisqu’elle dégage désormais 2 millions de dollars chaque année. Ce qu’on ne manquera pas de préciser, bien entendu, c’est que contrairement à un éditeur traditionnel, Amazon ne prend que 30 % de commission. Les auteurs publiés sur le Kindle Store empochent ainsi 70 % des ventes et aucun éditeur ne peut rivaliser avec ces chiffres.

Ce que prouve cette histoire, finalement, c’est que nos vieux modèles économiques sont totalement dépassés. Nos ayants droit ont souvent tendance à pointer du doigt le web et ses différents réseaux underground. Certaines personnalités vont même très loin et préfèrent accuser ces nouvelles technologies plutôt que d’en faire une force. La vérité, c’est que si Amanda s’était contentée des réseaux traditionnels, elle aurait finalement eu beaucoup de mal à percer dans le métier et surtout à en vivre. Pas par manque de talent, bien sûr, mais tout simplement parce que l’industrie du livre ne laisse que très peu de chances aux écrivains.

Et si l’on prend le temps d’y réfléchir, on se rend compte qu’il en va finalement de même à la fois pour l’industrie musicale, bien sûr, mais aussi pour l’industrie cinématographique. Quoi qu’il en soit, si vous avez envie de tenter l’aventure, si vous souhaitez tenter votre chance, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Oubliez les maisons d’édition, oubliez les circuits traditionnels et tentez votre chance sur le web. Là, au moins, vous serez jugés selon votre mérite et payés à votre juste valeur.

Ah et pendant que j’y pense, il faut aussi savoir que certains de ses livres ont été retenus pour être adaptés… au cinéma.