Elle montre son décolleté sur Periscope et elle perd son boulot dans la foulée

Shnae Barton a une vingtaine d’années et elle travaille depuis pas mal de temps pour une maison de soin située dans le sud de Croydon, une ville se trouvant dans la banlieue sud de Londres. Elle est aussi très connectée et elle utilise régulièrement la solution Periscope pour partager son quotidien et ses pensées. Sa dernière diffusion lui a coûté son emploi.

La scène s’est déroulée la semaine dernière. Shnae se trouvait dans la chambre d’un patient en compagnie d’une collègue et elle a soudainement décidé de lancer un Periscope pour discuter avec ses fans.

Facepalm

Crédits Pixabay

Là, elle a commencé à parler de sa sexualité et elle en est même venue à montrer son décolleté à plusieurs reprises.

Elle a tourné un Periscope depuis la chambre d’un patient

Pendant ce temps, sa collègue était en train d’accorder des soins à un homme de 90 ans, un homme visiblement atteint de démence. Il a en effet passé tout le temps de la vidéo à pousser des cris déchirants.

Mais voilà, sa vidéo n’est pas passée inaperçue. Loin de là, même car les patrons de la jeune femme ont fini par en prendre connaissance et ils ont alors ouvert une enquête. Là, ils se sont rendus compte que Shnae n’en était pas à son coup d’essai et qu’elle diffusait fréquemment des vidéos depuis son lieu de travail.

Des vidéos dans lesquelles elle tenait systématiquement des propos orduriers à l’égard de ses patients.

Face à la situation, le directeur de l’établissement a décidé de la suspendre temporairement et de réunir une commission disciplinaire afin de statuer sur son cas. Suite à ça, elle a diffusé un autre Periscope pour s’expliquer, avec une bière à la main.

Le ton est très différent des autres vidéos, bien entendu. Shnae explique ainsi qu’elle a très peur de perdre son emploi et que son attitude n’est pas si dramatique puisque les patients dont elle s’occupe sont presque tous atteints de démence et ils ne se souviennent généralement de rien.

Shnae a été immédiatement suspendue et elle risque de perdre son emploi

Mais voilà, ses explications n’ont pas convaincu grand monde et la plupart des internautes estiment ainsi qu’elle devrait être licenciée sur le champ pour faute grave.

Démence ou pas, ce n’est pas une manière de traiter des malades.

Encore une fois, on constate donc que les gens n’ont pas réellement conscience de la portée des contenus qu’ils partagent ou qu’ils diffusent sur internet et les réseaux sociaux. Ils pensent en effet être à l’abri d’éventuelles poursuites mais force est de constater que ce n’est pas le cas et nous en avons récemment eu l’exemple avec des employés travaillant pour SFR.

Il faut tout de même rappeler que le web n’est pas une zone de non droit.

Mots-clés nsfyperiscope