Elon Musk ne quittera pas la commission de Donald Trump

Nombreux sont les grands patrons qui ne n’approuvent pas les décisions de l’administration Trump. C’est le cas d’Elon Musk qui a pourtant intégré le comité consultatif économique du nouveau gouvernement en décembre dernier. Son homologue, Travis Kalanick, PDG d’Uber, a été obligé de quitter le comité à cause des pressions du public sur Twitter, plus précisément suite à un hashtag publié par des manifestants qui incitait à snober Uber.

Néanmoins, le patron de Tesla et de SpaceX compte rester dans la commission, lui. Dans un tweet, il a expliqué les raisons pour lesquelles il ne souhaiterait pas la quitter. S’il n’approuve pas la position de l’administration Trump sur l’immigration, il pense néanmoins que participer à ces réunions est un moyen de garder une certaine influence.

Elon Musk Trump

Elon Musk n’a pas l’intention de quitter la commission Trump.

Dans sa conclusion, il affirme être en mesure de comprendre ceux qui désapprouvent sa présence au comité. Toutefois, selon ses propos, ce serait pour le bien de tous.

La campagne #DeleteUber

Cela fait déjà une semaine que le spécialiste du VTC est en train de perdre des utilisateurs. Le déclic a eu lieu lorsque des taxis de New York se sont manifestés en faveur des individus concernés. Uber a en effet annoncé la suspension de la majoration de ses tarifs. L’entreprise a alors été accusée de tirer profit du décret anti-immigration de Trump.

Des internautes ont ensuite lancé une campagne, #DeleteUber, afin de pousser les utilisateurs à supprimer leur compte. Elle a été très suivie.

Ainsi, plus de 200 000 personnes ont effacé l’application Uber de leur mobile. Pour calmer les esprits, Travis Kalanick, le PDG de l’entreprise VTC, a donc choisi de quitter le conseil économique de l’actuel président des États-Unis. Une manière de prouver sa bonne foi, en somme.

Elon Musk s’explique

De son côté, Elon Musk persiste à s’engager dans le groupe de conseil présidentiel qu’il a intégré en décembre 2016. Il considère cela comme une opportunité « d’apporter ses commentaires » sur les principaux enjeux nationaux et internationaux. Son principal objectif serait « d’accélérer la transition mondiale vers l’énergie durable. » En outre, il prétend également « aider l’humanité à devenir une civilisation multi-planétaire. »

Le fondateur de Tesla estime que cela aurait pour impact la création d’une centaine d’emplois. Se justifiant par rapport aux critiques qu’il a reçues, il a souligné qu’être membre du conseil ne signifie pas qu’il adhère aux décisions prises. À ce propos, il a annoncé qu’il va faire part de ses objections contre le décret en question.

Il y a ceux qui voient la décision d’Elon Musk comme un acte de courage. D’autres estiment que c’est plutôt le contraire. Seulement, si tous les cadors de l’IT boudent le comité consultatif économique, à qui cela profiterait-il ?

Crédits Image

Mots-clés politique