Voici ce que l’élevage représente en émissions

On ne mentionne pas souvent l’élevage parmi les activités humaines favorisant le changement climatique. Sa part d’émissions de gaz à effet de serre est pourtant considérable.

D’une manière générale, le changement climatique est décrit comme un réchauffement de la planète. La hausse progressive de la température globale constitue une mauvaise nouvelle pour notre existence et celle des autres espèces. Le phénomène s’accompagne d’une diminution des ressources. Ce qui peut provoquer une grave crise alimentaire mondiale. D’où l’urgence de baisser considérablement nos émissions de gaz à effet de serre pour lutter contre le changement climatique.

Une illustration représentant plusieurs vaches à côté les unes des autres
Image par thejakesmith de Pixabay

Le problème ne concerne pas que l’industrie énergétique et celle du transport. L’élevage intensif produit une quantité énorme de gaz à effet de serre, en plus d’avoir un impact majeur sur l’environnement.

A lire aussi : Nouvelle catastrophe écologique au Sri Lanka

Plus de 17 milliards de tonnes de CO2 chaque année

Notre alimentation tend davantage vers la consommation de chair animale. La demande connaît une hausse constante avec l’accroissement de la population. L’élevage intensif est d’une certaine manière la réponse de l’industrie alimentaire pour répondre à la forte demande. Les écologistes soulignent parfois l’ampleur de son empreinte carbone sans pour autant en apporter la preuve.

Apporter des éléments probants pour appuyer la contribution de l’élevage intensif dans les émissions de gaz à effet de serre est ce qui a motivé Atul K. Jain à mener une étude d’envergure. À noter que le chercheur de l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign, aux États-Unis, est végétarien depuis son enfance. Lui et son équipe ont détaillé leurs travaux dans un papier récemment publié dans la revue Nature Food.

L’étude nous apprend que l’élevage intensif émet 17,3 milliards de tonnes de gaz à effet de serre chaque année. Cela concerne la période de 2007 à 2013. Cette quantité représente 35 % du total des émissions en lien avec les activités humaines. Le chiffre impressionnant ne concerne pas que les déjections de bovins. Il inclut les émissions relatives à la déforestation, au transport et à la conservation de la viande.

A lire aussi : Et maintenant, un sextoy écologique chez Womanizer

Deux fois plus que la production agricole

Pour arriver à ce résultat, Jain et son équipe ont scruté la production agricole et l’élevage intensif dans près de 200 pays. Selon leurs calculs, l’élevage génère 57 % des émissions de gaz à effet de serre de l’industrie alimentaire mondiale. Les plantations quant à elles ne sont responsables que de 29 % de ce volume. Les fermes sud-américaines et les plantations de riz dans le Sud-est asiatique représentent une part importante dans ces émissions. Les chiffres font comprendre pourquoi les écologistes présentent souvent le régime végétarien comme l’avenir du climat.

L’humanité peut se tourner davantage vers la production agricole. Cependant, l’activité pourrait voir son impact sur l’environnement s’aggraver et causer d’autres problèmes.