En 2018, le jeu vidéo créera 1800 emplois en France

Souvent accusé de tous les maux, le jeu vidéo pourrait bien faire parler de lui en bien au cours des prochains mois. Le Syndicat national du jeu vidéo, vient en effet de nous gratifier de ses prévisions pour l’année 2018 au travers de son baromètre annuel, quatrième édition.

Cet état des lieux précisant la place de l’industrie vidéoludique en France, mais aussi les perspectives d’avenir de ce secteur, a été remis à la ministre de la Culture, Françoise Nyssen. Parmi les grandes nouvelles qu’il nous dévoile, la plus importante restera probablement cette prévision : le jeu vidéo créera 1800 emplois en France au cours de l’année 2018. Une excellente nouvelle, qui mérite toutefois d’être replacée dans son contexte, comme le rappelle fort justement le Monde Pixel.

Le Syndicat national du Jeu vidéo a publié cette semaine son 4e baromètre annuel du jeu vidéo en France. Ce secteur créera, selon l’organisme, 1800 postes en 2018.

Loin d’être des quatrains de Nostradamus, les estimations du SNJV se basent sur des données très précises recueillies durant l’été 2017 auprès de 198 des 1 040 développeurs, éditeurs, distributeurs et prestataires recensés en France. L’idée étant bien évidemment de sonder l’état actuel de l’industrie sur le sol français.

De l’emploi à l’horizon, mais un chiffre d’affaires qui reste chancelant…

C’est un peu le résumé que l’on pourra faire. Le SNJV indique que si le jeu vidéo français se porte bien, que du recrutement se profile à l’horizon et que le milieu tend à se féminiser, la question du chiffre d’affaires global en 2017 fait office d’ombre au tableau.

On apprend ainsi que le chiffre d’affaires moyen, par entreprise, était de 4 millions d’euros en 2015, mais qu’il a grandement baissé sur l’année fiscale 2016 pour s’établir à 3 millions d’euros (pour une baisse de 25%). L’année 2017 devrait selon les estimations continuer sur la même lignée avec un C.A. qui serait calé à 2.2 millions d’euros.

Une baisse inquiétante qui trouve cependant son explication dans la multiplication des microentreprises dans le secteur. Qui dit petites structures, dit revenus modestes. Leur nombre croissant contribuerait selon le SNJV à tirer le chiffre d’affaires moyen vers le bas.

À l’inverse, le C.A. des studios de développement (contrairement à leurs éditeurs et prestataires), pourrait pour sa part prendre en épaisseur sur 2017, et ce grâce à l’impact positif des plus gros studios français (coucou Ubisoft) qui contribueraient à une hausse probable de 49 % du chiffre d’affaires moyen cette année.