En 2018, TESS filme en direct l’explosion de la comète 46P/Wirtanen

Grâce à TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite), la NASA a filmé l’explosion naturelle d’une comète lors de mission de recherche d’exoplanètes. Cette dernière était la comète 46P/Wirtanen et c’était en 2018.

Cette observation fut réalisée l’année dernière à College Park, par l’équipe d’astronome de l’Université du Maryland (UMD). À ce jour, cette vidéo se trouve être la plus détaillée de toutes celles abordant le sujet de l’explosion naturelle d’une comète et de sa dissipation dans l’espace.

Crédits Pixabay

En effet, dans la vidéo, on peut clairement observer ce processus. Les moindres détails de l’émission explosive de poussière, de gaz et de glace de la comète 46P/Wirtanen ont en effet été capturés sur des images de très haute qualité.

Une explosion bien détaillée comme jamais auparavant

D’après les déclarations de Tony Farhnam, chercheur du département de l’astronomie à l’UMD qui est également l’auteur du document de recherche, TESS reste environ un mois à photographier chaque partie du ciel. De plus, contrairement aux observations effectuées depuis la Terre, cela se fait en permanence et sans interférence atmosphérique, ajoute-t-il.

Chaque comète qui gravite autour du soleil peut passer dans le champ de vision de TESS et justement, 46/P Wirtanen était une priorité du fait de son approche l’année dernière. Farhnam ne manque pas de préciser que les résultats de la vidéo ont été vraiment surprenants. Pour le coup, des images composites ont été prises à 30 min d’intervalle, ce qui a permis d’obtenir des détails croquants sur le déroulement de la désintégration.

Les performances de TESS ne pourront être qu’utiles à la science

Lors de l’explosion de 46P/Wirtanen le 26 septembre 2018, les images procurées par TESS ont permis de distinguer les deux phases de son explosion. En premier lieu on peut y constater un éclair qui a duré une heure. Ensuite, une deuxième explosion qui brillait plus intensément et qui a duré 8 heures est survenue.

Selon le scientifique, l’émission progressive de poussière de comète est sûrement la cause de l’augmentation de l’intensité lors de la deuxième étape. Pour résumer, les détails non moindres de la vidéo sont dus aux performances de TESS.

Cette étude a pu démontrer qu’en plus de sa mission de base qui est la recherche de planètes en orbites autour d’étoiles brillantes, TESS peut accomplir d’autres tâches qui seront très utiles à la science. De plus, grâce au partage rapide des données de TESS via le réseau MAST (Archive pour télescopes spatiaux Mikulski), chaque donnée intéressant chaque scientifique pourra vite être récoltée et utilisée.

Mots-clés astronomieespace