En Alsace, une vaste campagne de revenge porn a été lancée sur Snapchat

L’Alsace fait face depuis quelques semaines à une vaste campagne de revenge porn, une campagne diffusée par le biais de Snapchat. Des dizaines d’adolescentes en ont été victimes et une enquête est actuellement en cours afin de déterminer l’identité des personnes à l’origine de la diffusion de ces contenus nauséabonds.

Cette vaste campagne est orchestrée dans plusieurs villes. Mulhouse et Strasbourg seraient les plus touchées. Pour le moment, les autorités ont identifié une soixante de victimes, mais l’enquête n’est pas terminée.

Revenge Porn FB

D’après les investigations menées par les enquêteurs, le mode opératoire serait toujours le même.

Snapchat : un compte partage des « nudes » sur la plateforme

Les instigateurs de la campagne utiliseraient en effet un compte pour entrer en contact avec les collégiens et les lycéens de la région, leur demandant de leur faire parfaire des « nudes » (photos dénudées) de leur ex.

Les photos récupérées par ce biais seraient ensuite partagées à travers la ville et passeraient de compte en compte. Dans certains cas, les photos s’accompagneraient des noms, des adresses et de l’établissement scolaire fréquenté par les victimes.

Complément d’enquête s’est rendu sur place pour mener une enquête et l’équipe de l’émission a eu l’occasion de discuter avec plusieurs collégiennes et lycéennes touchées par cette campagne. Certaines vivent très mal l’expérience et elles ne comprennent évidemment pas ce qui pousse les tenanciers du compte à partager de telles images.

Une enquête est en cours

Alertée par les victimes et leur famille, la police judiciaire de Strasbourg a ouvert une enquête. Elle a besoin du maximum de témoignages pour arriver à identifier les auteurs de ces méfaits, mais la tâche est difficile.

D’après la commissaire Sarah Jammet, les collégiennes et les lycéennes auraient la plus grande difficulté à se confier aux forces de l’ordre ou même à leur propre famille.

Le revenge porn n’est pas nouveau et ces cas sont malheureusement très courants en Europe et dans le reste du monde. Plus tôt dans l’année, le Danemark a ainsi dû faire face à une vaste campagne orchestrée par plus de mille personnes ! Deux clips vidéos et une photo ont en effet été massivement partagés sur Facebook dans le but de nuire aux victimes.

À tout hasard, il peut être utile de rappeler que le revenge porn est considéré comme un délit en France, un délit passible de deux ans d’emprisonnement et d’une amende de 60 000 €.