En Antarctique, des chercheurs ont retrouvé des restes de petites créatures dans un lac subglaciaire

Dans le « lac Mercer », en Antarctique, il existe des restes de minuscules et étranges créatures. Ceux-ci avaient été découverts, pour la première fois, en 2007, grâce à l’imagerie satellitaire. En décembre dernier, une équipe de chercheurs a finalement réussi à les atteindre avec une foreuse à haute pression utilisant de l’eau chaude.

Selon les scientifiques, ce lac situé au-dessous des glaces se serait formé il y a environ dix mille ans. Toutefois, ce serait la première fois que l’endroit est exploré par l’homme.

Lac subglaciaire

« L’Antarctique est l’endroit le moins touché par l’homme sur la Terre », a souligné Ross Virginia, directeur de l’Institut des études arctiques de Dartmouth College. « C’est un laboratoire extraordinaire pour comprendre la vie, la biodiversité et l’histoire de la glace sur la planète ».

Le lac Mercer, dont la superficie atteint cent quarante kilomètres carrés, est enfoui à un kilomètre sous les glaciers de l’Antarctique. Le forage a été réalisé dans le cadre du projet SALSA pour « Subglacial Antarctic Lakes Scientific Access ».

Quelques surprises les attendaient au fond du lac

Pour faire le forage, les chercheurs ont utilisé une perceuse munie d’une buse de la taille d’un crayon vaporisant de l’eau chauffée. Ensuite, ils ont utilisé un outil de carottage pour ramener les échantillons à la surface. Les eaux prélevées ont présenté une haute concentration en bactéries, soit près de dix mille spécimens dans un millilitre. Ce nombre est considérable pour un lac isolé depuis des siècles.

Les membres de l’équipe espéraient trouver des formes de vie microbienne, mais quelques surprises les attendaient. Le lac abritait des carcasses de minuscules crustacés, d’autres créatures à peine visibles, et le corps d’un tardigrade, un type d’invertébré à huit pattes connu pour sa résistance aux conditions les plus extrêmes.

Lorsque les chercheurs ont découvert ces petits animaux dans les échantillons, ils pensaient d’abord à une erreur. Croyant que les carottes avaient été contaminées, ils ont nettoyé l’équipement et procédé à d’autres prélèvements. Les résultats sont restés inchangés. Ce qui est étonnant, c’est que les conditions sous le lac sont peu propices au développement de la vie. Il s’agit d’un écosystème isolé, sans oxygène ni lumière. D’autres études sont en cours pour connaitre l’origine de ces créatures.

Les scientifiques ont capturé les premières images du lac. Ils ont ramené les photos à la « McMurdo Ice Station ». « Cette découverte est complètement inattendue », a raconté le micropaléontologue David Harwood.

Des créatures continentales transportées vers le lac ?

« La vie microbienne existe probablement dans cette boue sous la glace, car un océan recouvrait la région il y a environ un million d’années », a expliqué le scientifique en chef de SALSA, John Priscu, à Axios.

Néanmoins, cela n’explique pas l’origine des carcasses.  Les scientifiques pensent que ces crustacés et ces tardigrades vivaient autrefois sur le continent et avaient été transportés vers le lac depuis les montagnes voisines. Ils prétendent avoir déjà vu ces trois types de créatures dans les vallées sèches de l’Antarctique, ainsi que dans les monts Transantarctiques.

« Ce qui était en quelque sorte étonnant, c’est qu’ils ne sont vraiment pas si vieux. Ils ne sont pas morts depuis si longtemps », ont-ils déclaré

Les chercheurs tentent, à présent, de déterminer l’âge de ces fossiles à l’aide de la datation au radiocarbone. Ensuite, ils vont séquencer les fragments d’ADN qu’ils contiennent pour connaitre leur provenance. Enfin, des analyses chimiques du carbone seront effectuées pour déterminer si les animaux avaient passé leurs journées au Soleil ou dans l’obscurité.

Mots-clés antarctiquebiologie