En Arabie Saoudite, une femme a été arrêtée pour avoir publié des photos sensuelles

Les autorités saoudiennes ne laissent pas passer les délits qui sont qualifiés d’irrespectueux envers les enseignements de l’Islam, les traditions et les coutumes du pays. Des règles vestimentaires et les comportements en public ou en privé sont surveillés de près par la police. Il en va de même des vidéos ou des images postés sur les réseaux sociaux.

En Arabie Saoudite, l’ordre moral impose aux femmes de sortir couvertes de la tête aux pieds. Quiconque transgresse les valeurs de l’Islam et la morale publique encourt une peine d’emprisonnement et une amende qui peut s’élever à plusieurs millions de riyals saoudiens. Un geste déplacé ou une jupe trop courte peut ainsi conduire à une arrestation immédiate.

Richard Hunt

Dans la ville de Jeddah, aux abords de la mer Rouge, une femme a été arrêtée pour avoir publié des photos et des vidéos indécentes via les réseaux sociaux. Les images laissaient apparaître non seulement de l’alcool, mais également des gestes sensuels.

Une surveillance permanente des réseaux sociaux

Selon le porte-parole des autorités saoudiennes, un compte ouvert sous le nom de Lamia affichait des clips et des images qui sont contraires aux valeurs de l’Islam. L’auteure de ces délits, une jeune femme d’une vingtaine d’années, a été arrêtée puis menée devant le Ministère public.

Elle peut s’attendre à cinq ans d’emprisonnement et à une amende de près de trois millions de riyals saoudiens.

La coupable a été dénoncée par des internautes saoudiens qui ont vivement critiqué son immoralité. D’après les informations transmises par le quotidien Okaz, la famille de la jeune femme ne connaissait pas ses activités en ligne ni même ses transgressions aux enseignements de l’Islam.

Des images allant à l’encontre des bonnes mœurs

Un manquement à la moralité et aux valeurs religieuses n’est pas toléré en Arabie Saoudite. Selon Ati Al Qarshi, le représentant des forces de l’ordre, l’accusée s’affichait sur les réseaux sociaux sans complexe avec de l’alcool et des gestes à caractère sexuel.

L’enquête sur l’affaire a permis d’arrêter la personne détentrice du compte. Elle sera jugée pour immoralité et devra faire face à l’indignation d’une société qui exige une action rapide.

Bien que le Royaume saoudien ait été élu membre de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies alors même que la gent féminine n’y est libre de ses mouvements, le simple fait de lâcher ses cheveux en public peut entrainer des sanctions sévères.